Nombre total de pages vues

vendredi 16 octobre 2015

Variante de Gaspacho de Pierre-Louis Marin


Cet été j'ai préparé plusieurs recettes du livre "Sel Marin et huile d'olive" de Pierre-Louis Marin. Voici son interprétation du gaspacho.
Le gaspacho nous vient du sud de l'Espagne, d'Andalousie plus précisément. A l'origine c'est une soupe froide faite de pain, d'huile d'olive et d'eau. Les autres ingrédients ont été ajoutés au fil des années, au dépend du pain.

Pierre-Louis Marin nous propose une variante du gaspacho, simple, et qui va étonner vos papilles. Et moi j'ai pris encore une liberté avec sa recette en y ajoutant un peu de persil. Le jour où je l'ai préparée je n'ai pas trouvé de mato de chèvre, dommage, car l'association de ce fromage au gaspacho me semblait très heureuse. Je referai la recette l'été prochain dès que j'aurai la chance de trouver Georges Bernadas sur un des marchés de la région.

A la fin de son livre de cuisine Pierre-Louis Marin donne l'adresse de tous les producteurs dont il a utilisé les produits dans ces recettes.

La dernière recette de ce livre est le brick à l'oeuf et j'ai bien aimé la photo qui accompagne cette recette avec une recommandation comment servir les bricks !

Pierre-Louis Marin
Servez bien chaud dans des assiettes, avec des couverts, car il est hors de question de les manger avec les doigts...

Ingrédients :

4 à 5 belles tomates
pain de campagne
huile d'olive
1 oignon
sel et poivre
mato fermier de chèvre
(persil)

Préparation :

Pour 4 personnes, il vous faut monder 4 à 5 belles tomates bien mûres
Coupez-les en 2 dans le sens équateur, épépinez-les et concassez-les grossièrement au couteau
Gardez les pépins que vous passerez au chinois pour en recueillir le jus, avec lequel vous mouillerez une belle tranche de pain de campagne découpée en gros cubes
Faites suer dans un peu d'huile d'olive un oignon finement haché, ajoutez le pain mouillé, puis ajoutez les tomates au moment où la préparation commence à attacher
Assaisonnez et laissez alors cuire à couvert et à feu doux pendant 5 à 10 minutes
Versez le tout dans un robot-mixeur, rectifiez l'assaisonnement puis mixez grossièrement, en incorporant 3 à 4 cuillerées d'une bonne huile d'olive des Pyrénées Orientales
Laisser au réfrigérateur 3 bonnes heures et dégustez bien frais avec un mato fermier de chèvre de chez Georges Bernadas, et un verre de rosé bien frappé, si possible, un Château Montner.

mercredi 14 octobre 2015

Le Palais des Rois de Majorque à Perpignan

La tour de l'hommage au centre
Au mois de février le Cercle Néerlandais Catalunya a organisé une visite du Palais des Rois de Majorque. 
Les remparts
Ce Palais-forteresse de style gothique est construit au XIIIe siècle. Entouré de jardins il s'élève sur une colline au sud de la ville (au centre de la ville maintenant).


Cours intérieur du Palais




La Chapelle haute




Portail de la chapelle

Chapiteaux ornés de dragons

La chapelle haute dédiée à la Sainte Croix





Salle de Majorque
L'aula accueillait des grands banques. L'art de la table est raffiné à la cour. Au XIIIe et XIVe siècle on écrit en Catalogne le "Sent Sovi", premier recueil culinaire : sucré-salé, aigre-doux, épices orientales donnent à cette cuisine des saveurs étonnantes.
Sent sovi

Sur ce site vous pouvez lire un article intéressant à ce sujet (en catalan).

Au terme de cinq siècles d'occupation militaire, le palais s'ouvre aux visiteurs après la deuxième guerre mondiale.

          

lundi 12 octobre 2015

Spaghettis à la tomate crue, tomme de brebis et roquette de Pierre-Louis Marin

Assiette posée sur un set de table dessiné par ma petite fille représentant mon jardin

Cet été j'ai préparé plusieurs recettes du livre "Sel marin et huile d'olive" que Pierre-Louis Marin m'a offert et dédicacé. Depuis 2014 son restaurant "L'Auberge du Cellier" à Montner a obtenu une étoile Michelin.

Les recettes de ce livre son simples et à la portée de chaque ménagère.

Pierre-Louis Marin note que cette recette est d'après une idée originale de "tata Paulette". Une adaptation d'une recette italienne où l'on remplace le Parmesan par une tomme de brebis locale, et le basilic par de la roquette.

Ingrédients :


80 à 100 g de spaghettis par personne
2 à 3 tomates crues par personne coupées en deux
tomme de brebis râpée
huile d'olive
olives noires coupées en 4
une belle poignée de roquette grossièrement concassée
sel

Préparation :

Coupez 2 ou 3 tomates crues par personne en deux, sans les monder. Épépinez-les, taillez-les en petits cubes d'environ trois mm de côté, et déposez-les dans un très grand saladier.
Saupoudrez généreusement de tomme de brebis râpée (si possible celle de "La Pastoure" à Thuir), d'huile d'olive, d'une poignée d'olives noires coupées en 4, et d'une belle poignée de roquette grossièrement concassée.
Assaisonnez et mélangez soigneusement, il est important que cette sauce soit bien relevée. Réservez au frais afin que la tomate, sous l'effet du sel, rende son eau, et prenez soin d'en mettre 2 ou 3 cuillerées par personne à part, pour le service.
Dans une grande quantité d'eau bouillante salée, jetez environ 80 à 100 g de spaghettis par personne, les tenir "al dente" : gouttez-en un de temps en temps, c'est le meilleur moyen de vous rendre compte de leur cuisson. A son terme, égouttez-les, mais ne les rincez surtout pas ! Glissez-les plutôt dans votre sauce tomate crue, mélangez rapidement et servez aussitôt, encore tièdes, nappées de la sauce que vous aurez mise de côté.

Recette de Pierre-Louis Marin

samedi 10 octobre 2015

Figueres et la bergerie du Mas Marce

Le 19 février nous partons avec les Amis du Pays Catalan à Figueras faire le marché, visiter une pâtisserie qui existe depuis 1885, déjeuner au buffet du restaurant Jou Veli et nous terminerons notre visite à la ferme du Mas Marcé.

Nous démarrons notre visite avec "Le Forn de Barceloneta" où nous avons pu visiter l'atelier de production des gâteaux. Nous avons bien sûr tous acheté des gâteaux. 
Pour moi cela a été les Maltallats. Le nom m'a fait penser aux "Maltagliatis" italiens qui sont des pâtes qu'on coupe dans les chutes d'une pâte fraîche.

Galetes de Figueres
Et des galettes selon le modèle sur les façades du Musée de Salvador Dali à Gerona.


Les "gâteaux" sur le Musée de Dali

Ensuite nous avons déjeuné au Restaurant Al Jou Veli, buffet et en plus des calçots grillés. Comme toujours les buffets en Espagne sont très copieux. Il y en a pour tous les goûts.
Restaurant Al Jou Veli


Calçots

L'après-midi sera consacré à la visite du Mas Marcé, la ferme, l'atelier, la fromagerie, les ateliers de laine. L'histoire remonte à il y a six générations, quand la famille pratiquait la transhumance. Le grand-père Manel Marcé s'installe dans la petite commune de Siurana, où la famille continue à cultiver ainsi que l'élevage du bétail. Les moutons sont nourris exclusivement d'herbe et de céréales de l'exploitation bio. 

 

On nous a préparé une dégustation de plusieurs fromages. Nous avions le ventre bien rempli après le repas au restaurant, mais nous nous sommes laissés quand-même tentés.


Encore une belle sortie organisée par Les Amis du Pays Catalan !

jeudi 8 octobre 2015

Tartare d'avocat aux anchois de Collioure de Pierre-Louis Marin


Je suis une adepte de la cuisine de Pierre-Louis Marin. Je le rencontre régulièrement aux marchés aux truffes, j'ai mangé dans son restaurant l'Auberge du Cellier et j'ai acheté son livre de cuisine "Melano mon amour" avec uniquement des recettes à base de truffes. Il m'a épatée quand il m'a annoncé que c'était lui-même qui avait fait les magnifiques photos de ses recettes. Quand je parle de lui sur mon blog je lui envoie toujours mes articles. 
Un jour j'ai essayé de préparer un velouté de petits pois que j'avais mangé dans son restaurant et je lui ai envoyé "ma recette" qu'il a publiée sur sa page facebook ! Je vous avoue que j'ai été flattée ! 
Depuis 2014 ce grand chef est étoilé Michelin.

Et un jour il m'a fait l'honneur de m'offrir son livre de cuisine dédicacé "Sel Marin et huile d'olive" préfacée par Eliane Thibaut-Comelade.

Cet été j'ai préparé plusieurs recettes de ce livre qui m'ont toutes séduites. Voici la première, (d'autres suivront bientôt):

Ingrédients pour 2 personnes :

2 avocats mûrs mais pas trop
1 citron
1 tomate
1 oignon nouveau
huile d'olive (catalane de préférence !)
sel et poivre
4 anchois de Collioure de la maison Roques ou Desclaux
persil
2 oeufs mollets
2 tranches de pain de campagne grillées

Préparation :

Choisissez pour 2 personnes deux avocats, coupez-les en cubes et citronnez-les abondamment
Ayez ensuite une tomate, mondez-là si vous voulez, coupez-la en deux, épépinez-la et taillez-la aussi en cubes
Mélangez le tout délicatement en ajoutant une pincée d'oignon nouveau finement ciselé, une bonne huile d'olive catalane, du sel et du poivre bien sûr, puis réservez au frais

Dessalez 4 beaux anchois de Collioure de la Maison Roques, ou Desclaux
Prélevez-en les filets, et réservez-les sur du papier absorbant également au frais
Au moment de servir, dressez harmonieusement 2 ou 3 quenelles de tartare d'avocat au milieu d'une assiette, décorez des filets d'anchois, d'une belle jolie feuille de persil, et pourquoi pas d'un oeuf mollet coupé en quatre
Versez un généreux trait d'huile d'olive et accompagnez d'une large tranche de pain de campagne grillée, et d'un verre de vin blanc de pays des côtes catalanes, je pense au Mas Castello, du Dom, Cachau-Dubournais, bien frais et fruité.

Recette de Pierre-Louis Marin

mardi 6 octobre 2015

Naples 2015 -Teatro di San Carlo à Naples : Opéra Don Pasquale de Donizetti

Retour à samedi journée

Samedi soir 26 septembre 2015 

Notre professoressa d'italien de Dante Alighieri Perpignan, Luisa, a organisé pour plusieurs élèves un voyage à Naples en septembre 2015. En dehors des visites programmées avec guide elle nous avait suggéré d'aller un soir au Teatro di San Carlo pour voir l'opéra Don Pasquale de Donizetti. J'avoue que je ne suis pas très opéra, mais j'ai quand même réservé ma place et je ne l'ai pas regretté.




Premièrement il y a la beauté du théâtre qui date de 1737. Dévasté par une incendie en 1816, mais reconstruit aussitôt. Nous avions des places dans les petites loges avec 6 chaises au premier étage fermées avec des rideaux. On se serait cru dans un autre siècle ! 




J'ai dit que je n'aime pas trop l'opéra, car je ne comprends pas les paroles et parfois je ne reconnais même pas en quelle langue on chante. Heureusement une de nos co-voyageuses avait fait des recherches sur cette opéra et m'avait expliqué en grandes lignes l'intrigue :

Peu tendre avec son neveu Ernesto, qu’il préfère déshériter plutôt que de le voir avec une épouse qu’il désapprouve, le vieux Don Pasquale choisit de se marier : sa fortune reviendra ainsi à sa future épouse. Le Docteur Malatesta lui propose son aide et le dirige vers sa sœur, la douce et docile « Sofronia »… qui n’est autre que Norina, la fiancée d’Ernesto. Convaincue par Malatesta que le meilleur moyen de s’unir à Ernesto est d’épouser d’abord le barbon, Norina a accepte ce marché. Mariée au barbon, elle se montre vite une épouse infernale, malmenant le géronte qui commence à regretter son choix. Persuadé que sa Sofronia le trompe et fréquente un amant, Don Pasquale tente de la piéger. Mais le guet-apens se referme sur lui : comprenant qu’il s’est fait berner, Don Pasquale reconnaît aussi que le mariage n’est pas fait pour lui… Et accepte l’union d’Ernesto et de Norina.

  

Et quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que les textes italiens s'affichaient au dessus de la scène ! Même si je ne les ai pas compris à 100%, j'ai pu suivre aisément le déroulement de l'opéra.





J'ai trouvé sur internet une vidéo de cet opéra joué à l'Opéra de Zürich avec des sous titres en italien. 
Régalez-vous en regardant l'intégralité de Don Pasquale :



dimanche 4 octobre 2015

Morue à la catalane d'Eliane Thibaut-Comelade


Qui dit cuisine catalane, dit Eliane Thibaut-Comelade, prêtresse de la cuisine catalane, écrivain et journaliste gastronomique.

Eliane Thibaut-Comelade
Elle a écrit de nombreux livres de cuisine et j'ai lu dans le magazine "Terres Catalanes" n° 80 que dans son dernier livre elle explique que la cuisine catalane traditionnelle était autrefois pratiquée dans tous les grands restaurants de Barcelone à Perpignan. Au Moyen-Age et jusqu'au XVIIIe siècle les produits et les menus catalans étaient présents dans tout le bassin méditerranéen, de Tarragone à Palerme.
J'ai appris également que les premiers livres de cuisine européens furent rédigés en catalan !

Ensuite il fut de bon ton de manger "à la française" et les plats catalans ont disparu poc a poc des cartes des restaurants.

Heureusement, le courant s'est inversé et il y a un regain des produits du terroir, de la cuisine traditionnelle. Les Toques Blanches y ont contribué beaucoup. Le président des Toques Blanches, Jean Plouzennec organise des ateliers de cuisine dans une superbe villa à Céret. J'ai assisté à plusieurs ateliers que vous trouverez sur mon blog.
Jean Plouzennec prépare la crème catalane

Mais c'est Eliane Thibaut-Comelade qui fut la pionnière il y a plus de quarante ans à lancer des cours de cuisine, dans ses ateliers départementaux de cuisine catalane à Ille sur Têt. Et sous sa houlette ces cours continuent ! Faites un tour sur son site internet et vous trouverez toutes les informations utiles. J'ai la ferme intention de m'inscrire à un de ses cours en espérant d'avoir le privilège de rencontrer cette grande dame.

A mon petit niveau je fais sur mon blog (entre autres) la promotion de la Catalogne (nord et sud) en vous parlant de ses traditions, de sa cuisine, de ses bons restaurants, de sa culture, de ses spécialités, de ses producteurs... J'ai déjà publié plusieurs recettes catalanes sur mon blog et aujourd'hui je vous ai préparé la morue à la catalane selon un mélange des 2 recettes d'Eliane trouvées dans ses livres La cuisine catalane et dans Gastronomie et vins du Roussillon :

Ingrédients pour 6 personnes :

1 kg de morue un peu épaisse mise à tremper la veille pour le lendemain midi, découpée en morceaux réguliers, essorée et enfarinée. Épousseter ensuite les morceaux afin d'éliminer le surplus de farine
1,5 dl d'huile d'olive
1 gros oignons finement haché
3 grosses tomates mûres pelées, partagées en 2 et épépinées
2 gros poivrons rouges ébouillantés, pelés, fendus en 4 et égrenés
6 gousses d'ail pilées
1 bouquet garni (thym, laurier)
sel et poivre noir
6 belles tranches de pain grillé frotté à l'ail

Préparation :

Dans une grande poêle faire légèrement chauffer l'huile et y faire dorer de chaque côté les morceaux de morue enfarinés.
Les ranger au fur et à mesure dans un grand plat ovale que l'on maintient au chaud (vous pouvez auparavant les essorer sur un papier absorbant)
Faire blondir l'oignon dans la même huile en le remuant à la spatule de bois; y ajouter alors les poivrons, les tomates, l'ail, le sel, le poivre, le bouquet garni et laisser mijoter ce mélange à couvert 15 à 20 minutes (ajouter un peu d'eau froide si besoin est)
Retirer le bouquet garni, napper la morue de cette préparation
Mettre les tranches de pain grillées tout autour et servir aussitôt

J'ai suivi la recette plutôt de la Gastronomie et vins du Roussillon. Dans sa recette dans La cuisine catalane elle utilise des poivrons rouges non ébouillantés et fait mijoter la morue, après l'avoir dorée, 15 minutes dans la sauce, elle dresse la morue dans un plat creux et laisse réduire la sauce et la passe au chinois si l'on n'aime pas trouver les morceaux d'oignon et de poivron. Elle nappe ensuite la morue avec la sauce passée au chinois.

Recette d'Eliane Thibaut-Comelade

vendredi 2 octobre 2015

Colombiers

Les lecteurs fidèles savent que j'aime voyager pour découvrir d'autres pays (voir l'index tourisme). Mais il y a encore tant d'endroits en France que j'aimerais visiter. Chaque fois que je regarde à la télévision Des Racines et des Ailes j'ai envie de visiter les lieux montrés dans leurs documentaires. Et je les note sur ma to do list !

Je termine mon escapade dans l'Hérault, après Palavas les Flots et Sète avec quelques photos de Colombiers qui est traversé par le Canal du Midi.
Le lavoir

Le lavoir au premier plan

Coucher de soleil sur le Canal du Midi
Ah, la douce France ....