Nombre total de pages vues

Bug dans les commentaires

4 septembre 2018 Chers lecteurs, Je trouvais assez étonnant de ne plus recevoir de commentaires sur mes articles, et une amie m'a confirmé qu'elle avait laissé un commentaire qui n'avait jamais été publié. Elle en avait déduit que ce commentaire ne m'avait pas plu. Quel malentendu ! J'ai donc constaté que le « gadget » commentaires présentait des dysfonctionnements, que j'ai corrigés aujourd'hui. En principe tout fonctionne de nouveau normalement. J'apprécie trop vos commentaires, donc foncez, écrivez et commentez à cœur joie !

dimanche 22 octobre 2017

Exposition Picasso, Le Cercle de l'intime 1953 - 1955 au Musée d'art Hyacinthe Rigaud à Perpignan

Dépêchez-vous si vous voulez voir cette belle exposition qui reste encore ouverte jusqu'au 5 novembre !



Après trois ans de travaux, le musée d'art de Perpignan a ouvert de nouveau au public au mois de juin 2017.
Le Musée d’art Hyacinthe Rigaud est maintenant installé sur la totalité de l’hôtel de Lazerme et de l’hôtel de Mailly. Il rejoint ainsi les grands musées français dédiés aux arts plastiques en présentant ses collections exceptionnelles.

Les expositions permanentes présentent des collections allant du XIVe au XXIe siècle : Perpignan gothique, Perpignan baroque, Perpignan moderne, et Perpignan aujourd'hui.

Pour sa réouverture le musée nous propose une exposition temporaire exceptionnelle de Picasso.
Picasso a vécu au sein de l'hôtel de Lazerme qui allait devenir plus tard le musée Rigaud. Il y a séjourné régulièrement entre 1953 et 1955, avec ses enfants, ses proches, ses compagnes. Invité par la famille de Lazerme, propriétaire des lieux, il aime s'y reposer, mais ne délaisse pas pour autant ses pinceaux. Le comte et la comtesse de Lazerme lui ont installé un atelier au deuxième étage de leur hôtel particulier. Mais Picasso aime également s’adonner aux fêtes, aux corridas, et profite de ces instants de calme pour se ressourcer aux côtés de ses proches et amis.

Bien avant l'ouverture du musée à 11 heures il y a déjà une file d'attente

Je n'ai jamais visité le musée avant et j'ai été impressionnée de trouver un si bel endroit à Perpignan. Nous pouvons en être fiers. Cette exposition m'a touchée d'autant plus qu'elle retrace la période où Picasso a séjourné dans une ville que je connais bien et que j'ai reconnue dans les photos et vidéos présentées à l'exposition.

Cette exposition témoigne de la relation particulière unissant Picasso et Perpignan. De grandes personnalités du monde de l'art et des intellectuels lui y rendent visite. Cette exposition se veut l'évocation de ces cercles de l'intime qui gravitent autour de Picasso. Ainsi peintures, dessins, papiers découpés, ouvrages, films et photographies témoignent des séjours perpignanais de Picasso.
Enfant jouant avec un camion

Sa fille Maya à la poupée

Les jeux

Jacqueline Roque aux mains croisées, dernière compagne de Picasso peint pendant son séjour à Perpignan


L'attachement de Picasso à la culture catalane est connu et légendaire. La revendication des symboles catalans chez Picasso a pour objectif de mettre en avant l'identité culturelle catalane, brutalement persécutée par la dictature imposée par le régime issu de la Guerre Civile espagnole. 
Picasso dans la chaise à porteurs avec ses enfants Claude et Paloma en costumes catalans. Photo Raymond Fabre
Le photographe Raymond Fabre installe son studio au 16, rue de l’Ange à Perpignan en 1951 au rez-de-chaussée de l’Hôtel de Lazerme où séjournait régulièrement Pablo Picasso, il a pris de nombreux clichés du peintre lors de ses venues à Perpignan entre 1953 et 1955. 

Les photos de Raymond Fabre sont exposées à l'Hôtel Pams à Perpignan, également jusqu'au 5 novembre :

J'irai certainement voir cette exposition.


La patorra ou la vieille carême, personnage de la tradition populaire religieuse catalane. Cette iconographie populaire est bien connue de Picasso : elle tient une morue dans chaque main et ses sept jambes évoquent les sept semaines de la période du Carême
Et pendant que je prenais tranquillement mes photos un surveillant est venu m'avertir qu'il était interdit de faire des photos au musée. Pourtant j'avais cherché s'il y avait un panneau interdisant les photos, je ne l'avais pas vu. D'ailleurs je n'étais pas la seule à prendre des photos, nombreux étaient les visiteurs qui faisaient de même avec leur smartphone. Le gardien a fait correctement son boulot et m'a montré le panneau installé à l'entrée. Il m'a dit qu'on aurait dû m'en avertir à l'entrée. J'ai présenté mes excuses et je n'ai plus fait de photos.
D'un côté cela m'a étonnée, car au musée de l'Art Moderne à Céret où j'étais invitée au vernissage de l'exposition Dali il était autorisé de faire des photos.

Mon blog a entre autres comme but de faire la promotion de notre région. La moyenne de 500 visites par jour de lecteurs venant de tous les pays montre qu'il a un certain intérêt. Quelques uns de mes articles ont incité mes lecteurs à visiter les lieux décrits par moi. 

Malgré l'interdiction de faire des photos je publie quand même mon article qui a pour but d'inciter mes lecteurs à aller voir cette magnifique exposition.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos suggestions et commentaires sont les bienvenus
Pour vous aider à les publier, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Si vous avez une adresse gmail, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez choisir "Anonyme" et si vous le souhaitez mentionner votre nom dans le texte.
3) Vous pouvez, en cochant M'informer être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquez sur Publier.

Le message sera publié après modération.



Pour imprimer l'article cliquez sur Printfriendly