Nombre total de pages vues

jeudi 20 juin 2019

Marseillan : Marché et St.-Thibéry : Musée des Parfums

L'Association Les Amis du Pays Catalan nous a proposé en novembre dernier une sortie dans l'Hérault. Le matin un tour au marché à Marseillan, puis une rencontre avec un conchyliculteur également à Marseillan suivie d'un buffet de poissons et fruits de mer à "La Ferme Marine" pour terminer à St.-Thibéry où nous avons visité le Musée des Parfums. Mais commençons par le marché et le musée, la visite des producteurs d'huîtres et le restaurant feront l'objet d'un autre article.

J'aime flâner sur les marchés et quand je ne connais pas c'est encore mieux, car je découvre. Je ne sors jamais les mains vides. Je crois me souvenir que j'ai acheté des épices.





Une jolie collection de tajines


Nous sommes en novembre donc il ne faut pas s'étonner de trouver une choucroute garnie au marché.






Comme il ne me restait presque plus de Noilly Prat je suis allée jusqu'à leur cave qui se trouve également à Marseillan. Finalement j'aurais pu l'acheter chez moi au supermarché, où il se vend même moins cher, d'après ce que j'ai constaté après coup. J'utilise cette boisson surtout pour cuisiner.

L'après-midi nous avons visité le Musée du Parfum à St.-Thibery. M. Marty qui dirige son entreprise artisanale est un passionné. Nous avons pu visiter son musée pédagogique des parfums, des huiles essentielles, des alcools à base d'absinthe.


Voici une machine à embouteiller, boucher et étiqueter que nous pouvons même faire fonctionner en appuyant sur un bouton. Cette machine traitait jusqu'à 1200 bouteilles à l'heure.
Une dégustation a été proposée en fin de parcours pour découvrir de nouveaux alcools, apéritifs, digestifs, sirops naturels aux saveurs parfois étonnantes !


Ce que j'ai pu lire sur l'étiquette de cette bouteille :
Apéritif érotique aux écorces de bois bandé
A consommer pur ou avec un jus de fruits
Pour le reste... C'est vous qui voyez


A suivre ...

mercredi 19 juin 2019

Okonomiyaki


Cette recette nécessite une bonne introduction, car c'est la première fois que je l'ai préparée et les préparatifs de recherche de recette, l'achat des ingrédients, etc. m'ont passionnée.

J'ai découvert l'Okonomiyaki il y a quelques années en feuilletant chez ma belle-fille en Hollande son livre de cuisine "Systeme D" de Jamie Oliver et j'ai eu tout de suite eu envie d'essayer la recette. Il s'agit d'une sorte d'omelette au chou de la cuisine japonaise de la région d'Osaka. 

Depuis quelques années l'Okonomiyaki est devenu très populaire hors des frontières du Japon et même chez eux ce plat est maintenant un pilier du street food. Dernièrement j'ai vu à la télé "My Cuisine" un programme des Hairy Bikers en visite au Japon où ils assistent à la préparation de ce plat et cela m'a ravivé l'envie de la préparer. La recette de Jamie me paraissait un peu trop simpliste par rapport à ce que j'ai vu à la télé et sur You tube et je voulais tenter de rapprocher mon omelette le plus proche possible des exemples vus.

Alors j'ai constaté qu'il y a deux façons de préparer la recette : ou bien on prépare une pâte dans laquelle on incorpore tous les ingrédients, ou bien on utilise une couche de pâte sur laquelle on "construit" peu à peu plusieurs couches d'ingrédients.

Au Japon l'omelette est cuite devant vous sur la plancha avec un choix de garniture à la demande. J'ai une plaque teppanyaki, mais j'ai préféré pour ma première tentative utiliser une petite poêle anti adhésive de la taille de l'omelette. 

On peut y incorporer les ingrédients qu'on veut, mais les incontournables sont le chou, le gingembre mariné, le dashi, le katsuobushi et des tranches de lard. Selon les goûts on peut ajouter des crevettes, du fromage ... Dans les vidéos japonaises on ajoute beaucoup d'ingrédients (voir ci-dessous), mais on ne voit pas trop de quoi il s'agit.

J'ai trouvé une recette sur le blog "La Cuisine de Bernard" qui me semble assez authentique, d'autant plus que Bernard a fait un voyage culinaire au Japon.
Cela me tente aussi; peut-être un prochain voyage ?

Je n'ai jamais dégusté ce plat, donc je ne sais pas quel devrait être le goût. J'ai préparé la sauce okonomiyaki exactement comme indiqué dans la recette de Bernard, mais je la trouvais trop sucrée à mon goût. Comme il m'en restait le lendemain j'ai rajouté de la sauce soja et j'ai apprécié davantage.

J'ai de la chance d'avoir dans les environs plusieurs commerces où l'on trouve vraiment tout pour cuisiner tous les plats du monde ! Pour cette recette j'ai trouvé tous les ingrédients au magasin "Les 5 Continents"


Le Katsuobashi (Bonite séchée et fumée (fabriqué en Bretagne !)
D'ailleurs pour les connaisseurs : Sur l'emballage est marqué Umami


Ingrédients pour 2 à 3 personnes :

Pour la pâte :

225 g d'eau tiède
3 g de dashi
155 g de farine
70 g d'igname de montagne (yama imo)
2 œufs
2 oignons chinois
un tiers de chou japonais (j'ai vu également qu'on utilise du chou blanc, du chou vert ou du chou atlas)
quelques tranches de gingembre mariné (le rose ou rouge)
en option : 10 g de tenkasu (brisures de tempura) (je n'en ai pas mis)
6 à 8 tranches de lard


Pour la garniture :
un peu de katsuobushi
mayonnaise
sauce okonomiyaki


Pour la sauce :

75 g worcestershire
115 g de ketchup
20 g de sucre brun
45 g de miel
10 g de sauce de soja
20 g de mirin
10 g de vinaigre de riz
5 g de maïzena
1/2 cuillerée à café de gingembre en poudre
1 cuillerée à soupe d'huile


Préparation :

Commencer par la sauce

Mettre tous les ingrédients dans une petit casserole, sauf la maïzena et l'huile
Bien mélanger et verser un tout petit peu de sauce sur la maïzena

Bien mélanger jusqu'à ne plus avoir de grumeaux puis reverser dans la casserole
Mettre sur feu doux et porter à ébullition
Laisser bouillir tout en mélangeant pendant 2 minutes
Ajouter hors du feu la cuillerée à soupe d'huile
Laisser complètement refroidir et mettre dans une petite bouteille

Pour la pâte 

Nettoyer un morceau de l'igname puis râper jusqu'à avoir 70 g
Mettre dans un bol avec la farine
Diluer les 3 g de dashi dans l'eau tiède
Verser un peu sur le mélange farine et igname
Bien mélanger pour éviter les grumeaux puis ajouter peu à peu le reste de dashi dilué
On obtient une pâte assez épaisse
Ajouter les œufs
Bien mélanger
Couper le chou en tranches puis en morceaux grossiers
Ajouter le choux dans la pâte
Couper le gingembre mariné en petits morceaux et en ajouter à volonté
En option : Ajouter quelques morceaux de brisures de tempura (10 à 15 g)
Couper l'oignon chinois en petits morceaux
Tout mettre dans la pâte et bien mélanger

Cuisson 

Mettre une petit poêle (18 cm) à chauffer avec une cuillerée à soupe d'huile
Ajouter deux bons centimètres de pâte
Poser dessus 3 ou 4 tranches de lard
On peut remplacer par des crevettes ou du poulpe
Quand la pâte commence à cuire sur les côtés, retourner l'okonomiyaki
Cela prend tout de même 8 à 10 minutes au moins sur feu modéré
Retourner à l'aide d'un couvercle ou assiette
Laisser cuire 5-7 minutes du côté du porc pour qu'il soit bien grillé




Garniture 

Badigeonner la sauce okonomiyaki avec un pinceau sur toute la surface
Transvaser sur un plat puis parsemer de katsuobushi : Surprise ! Ca bouge !


La bonite bouge grâce à la chaleur de la préparation.

Finir avec quelques traits de mayonnaise


J'ai vu dans les vidéos japonaises qu'on mettait souvent en garniture des algues en poudre ou des morceaux de feuilles de nori. Je n'ai pas réussi à retrouver mes feuilles de nori, tant pis.

J'ai mangé 2 jours cette omelette en j'ai préféré nettement le deuxième jour. Comme j'ai dit dans mon introduction la sauce était trop sucrée à mon goût. Probablement la sauce doit être sucrée, mais comme le sucré m’écœure j'ai ajouté le lendemain de la sauce soja à la sauce et j'ai vraiment beaucoup plus apprécié la recette.

Il me reste de la sauce que j'ai mis au frigo. J'ai bien l'intention de refaire cette recette peut-être en ajoutant d'autres ingrédients.

Merci à Bernard pour sa recette bien détaillée.

Et voici comment on prépare ce plat au Japon :

mardi 18 juin 2019

Broccoletti gratinati - Brocoli ou cime di rapa gratiné


Une recette que j'ai découpée d'un magazine de cuisine acheté en Italie. Avec la recette on donne des options :

On peut préparer cette recette en remplaçant :

  • le brocoli par du chou-fleur ou des épinards
  • la béchamel par de la crème à cuisiner ou par des tranches de fromage fondant (pour croque monsieur)
  • le pecorino par du grano padano ou de la ricotta salée râpée


Rien ne vous empêche de préparer la béchamel vous-même au lieu d'utiliser une brique prête à l'emploi. Cette fois-ci je me suis laissée séduire par une brique de béchamel tout prête pendant la semaine italienne chez Lidl. Et pourquoi pas ? Parfois on peut se rendre la tâche plus facile.

Et moi j'ai ajouté un demi poivron rouge qui me restait dans le frigo

Ingrédients :

400 g de brocoli ou cime di rapa
120 ml de béchamel prête à l'emploi
20 g d'anchois au sel
20 g de pecorino râpé
1 gousse d'ail
en option ½ poivron rouge coupe en morceaux*
20 ml d'huile d'olive
sel

Préparation :

Préchauffer le four à 190°
Nettoyer et écraser l'ail
Rincer les anchois au sel à l'eau abondante et couper en menus morceaux
Dans une poêle faire blondir l'ail pendant 1 minute dans l'huile d'olive
*En option faire revenir en même temps les morceaux de poivron
Ajouter les morceaux d'anchois
Saler le brocoli et faire cuire 2 minutes avec la préparation d'ail et anchois
Verser les légumes dans un plat à gratin
Verser la béchamel sur les légumes et saupoudrer de fromage râpé
Gratiner pendant 10 minutes.

lundi 17 juin 2019

Voyage en Hollande - Zélande Domburg

Mercredi matin 10 avril 2019

Salle de restaurant de l'Hôtel Anno nu

Petit déjeuner
Après le petit déjeuner nous partons dans la direction de Domburg, une petite ville au bord de la Mer du Nord. Nous avons eu beaucoup de chance quant au temps pendant notre séjour en Zélande : sur toutes les photos le ciel est bleu !


Non, ce n'est pas la Mairie, mais un magasin de meubles.


Terrasse d'un café

La Mer du Nord

On a déjà installé les cabines à la plage


De Domburg nous allons dans la direction de Veere (à 15 km de distance). Toutes ces petites villes sont à peu de distance l'une de l'autre et la campagne que nous traversons est très agréable à regarder et nous traversons de jolis villages. On s'arrête régulièrement pour admirer les moulins, les fermes, le paysage...

Ce moulin n'a pas de nom officiel, mais on l'appelle avec le nom du village Aagtekerke où il se trouve

Quand on parle de la Hollande on dit toujours que c'est le pays des moulins et des tulipes. Parfois cela m’agace un peu d'entendre ces clichés. Mais je dois avouer que je ne soupçonnais pas que je trouverais chaque fois autant de moulins sur ma route. Quand j'ai pu, je me suis arrêtée pour les prendre en photo. Ils font vraiment partie du paysage. La plupart des moulins ont un nom et sont toujours en fonctionnement. On peut y acheter toutes sortes de farines, ce que je fais toujours. J'en ramène en France pour faire mon pain. Car mon petit déjeuner se compose de préférence d'une tranche de pain complet avec du fromage.

Chateau 't Munnikenhof
On passe devant ce petit château 't Munnikenhof qui date du 12e siècle. Le poète, écrivain, avocat et homme d'état néerlandais Jacob Cats y a vécu au 17e siècle. Juste à coté se trouve la ferme au même nom qui est aménagée en appartements destinés à la location et un camping y est également aménagé.

Moulin de Graanhalm (Tige de blé) à Gapinge

L'entrée d'une ferme
Et devinez quoi ? A l'entrée de Veere se trouve encore un moulin. Et tous ceux que je n'ai pas pris en photo car se trouvant un peu loin de ma route. Et ce n'est pas fini. Oui la Hollande est aussi le pays des moulins.

Moulin "De Koe" (La Vache) à l'entrée de Veere
Nous partons visiter Veere.
Cartes postales
A suivre ...