Nombre total de pages vues

jeudi 30 août 2018

Magret de canard à l'orange au chou rouge

Ingrédients :

2 oranges
75 ml de miel
125 ml de vinaigre balsamique
2 magret de canard
3 càs d'huile de sésame
1 gousse d'ail
3 càs de graines de sésame
600 g de chou rouge coupé à la mandoline
10 g de feuilles de coriandre

Préparation :

Préchauffer le four à 175°
Rincer les oranges et râper la peau
Presser les oranges pour obtenir 120 ml de jus
Dans une casserole mélanger le jus et le zeste des oranges, le miel et le vinaigre balsamique
Porter à ébullition et laisser réduire en sirop pendant 10 minutes
Sortir du feu et filtrer la sauce
Faire des entailles en forme de losanges dans la graisse des magrets
Poivrer les deux côtés et huilez le côté viande
Chauffer une poêle sans matière grasse et saisir les magrets côté graisse pendant 5 minutes
Retourner les magrets et les cuire encore 2 minutes
Poser les magrets côté graisse dessus dans un plat à gratin et enfourner pendant 5 minutes
Sortir du four, couvrir avec une feuille d'aluminium et laisser reposer 5 minutes
Émincer la gousse d'ail
Dans un wok chauffer l'huile et faire revenir l'ail et les graines de sésame pendant 1 minute
Ajouter le chou rouge et cuire l'ensemble pendant 3 minutes
Ajouter la moitié du sirop d'orange et cuire ensemble pendant 1 minute
Couper les feuilles de coriandre grossièrement et hors du feu ajouter au chou
Saler et poivrer
Couper les magret en tranches
Répartir le chou sur 4 assiettes, poser les tranches de canard sur le chou et verser le reste du sirop d'orange.

Recette du magazine Allerhande 

mardi 28 août 2018

Balaruc-Les-Bains (Aude) et Saint Guilhem-Le-Désert (l'Hérault)

Lundi 16 octobre 2017

Depuis le temps que je me dis que je veux visiter Roquefort ! Et jamais je n'y étais allée. Mais maintenant quand j'ai une idée en tête je l'exécute ! Il n'y a pas de raison pourquoi je n'irais pas. J'ai donc décidé depuis un an environ de faire de courts séjours dans les belles régions de la France. Alors en octobre 2017 j'ai préparé mon circuit pour Roquefort qui passe par Balaruc-Les-Bains, Saint Guilhem Le Désert, La Couvertoirade, Sainte Eulalie de Cernon, Roquefort et Brousse Le Château. En tout je traverserai 3 départements que je ne connais à peine.
Ma première halte est à Balaruc-Les-Bains dans l'Aude, qui dans le passé fut une très importante cité thermale créée par les Phéniciens, Carthaginois et Romains. Aujourd'hui il existe toujours une station thermale qui est spécialisée en rhumatologie et phlébologie.
Cette petite fille est aussi curieuse que moi et veut comprendre pourquoi les personnes sur la placette mettent leurs pieds dans la fontaine sans que personne ne le leur interdise..;
Et voilà ce qu'on peut lire sur le panneau. Donc les personnes qui prennent des bains de pieds soignent leurs rhumatismes.

Le Pavillon Sévigné, les Anciens thermes de Balaruc-les-Bains

Bains de pieds à Balaruc-Les-Bains

Voilà tout juste à 50 km de chez moi et je ne connaissais pas cette station thermale.

Je continue ma route direction Saint Guilhem Le Désert. Trop beau ! Et quelle chance que j'ai eu d'y aller au mois d'octobre ! Depuis j'ai vu des vidéos sur ce petit village sur You Tube : des touristes à la queue leu leu. Quand j'y étais c'était très calme, il n'y avait presque personne dans les rues. D'ailleurs j'ignorais que c'est un village touristique. Alors un bon conseil : si vous avez envie de vous y rendre, allez-y, si vous le pouvez, en dehors des vacances scolaires ! Je vous laisse découvrir la beauté de ce village. Ce village toute en longueur construit dans le sas de la vallée compte 900 habitants.

St.-Guilhem était le cousin germain de Charlemagne et un combattant qui s'est décidé d'embrasser ensuite une vie monastique.



Quelle jolie Mairie !


Ce village se trouve sur le chemin de Compostelle, voire la coquille St.-Jacques sur la photo ainsi que la croix occitane, que nous avons également aperçue sur la première photo de cet article dans la grille devant la fenêtre. Le Chemin de Compostelle est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.


La croix occitane sur la porte

L'Abbaye de Saint-Guilhem le Désert


Une très jolie placette au centre du village avec plusieurs terrasses
Un moment de repos à une des terrasses après la traversée du village, cela grimpait quand-même un petit peu. 
Le cloître du village

Les ruines d'un ancien château

La cardabelle une fois séchée est, dit-on, un porte bonheur que l'on accroche volontiers à la porte de sa demeure. 


Un joli petit balcon


Le Pont du Diable
A La sortie du village plusieurs ponts, dont le Pont du Diable. C'est un de plus anciens ponts romans de France. 

La légende du Pont du Diable :

"Alors que les moines de Gellone et d’Aniane ne ménagent pas leurs efforts pour
la construction du pont traversant l’Hérault au débouché des gorges sur la 
plaine, on constate chaque matin en abordant les lieux, que les travaux réalisés 
la veille sont systématiquement détruits. Les deux congrégations monastiques
comprennent très vite que leur projet subi des entreprises de sabotages 
nocturnes et en appelle à la protection de leur Saint Patron Guilhem qui un 
soir, décide de se rendre seul sur les lieux pour y interpeller les éventuels 
malfaiteurs. Après quelques heures, posté à attendre, Guilhem constate que le 
Diable déguisé dans un costume de bouc noir fracasse les travaux du pont
Guilhem l’interpelle alors :
- « Satan, je t’ai reconnu dans ton ridicule apparat. Pourquoi dévastes-tu ainsi 
l’ouvrage de mes frères ? »
- « C’est que je n’ai que faire des entreprises de tes chiens de serviteurs sur terre. »
- « Satan, plutôt que de nous affronter ici, essayons de régler notre contentieux
intelligemment. »
- « Pour une fois, je suis d’accord avec toi Guilhem ! Alors écoute-moi bien. 
Je te propose de construire un pont le plus solide qui soit en trois jours
En échange, tu t’engages à me livrer l’âme d’un de tes chiens de serviteurs.
Celle du premier qui traversera le pont sera pour moi et je l’emmènerai avec moi 
au fond de l’abîme des enfers. »
Sans répondre aux provocations du Diable et avec la plus sereine des assurances,
Guilhem lui rétorqua :
- « L’âme d’un de mes chiens de serviteur ! Tu ne saurais mieux dire Satan ! 
Retrouvons-nous en ces lieux dans trois jours et trois nuits lorsque tu te seras 
exécuté. »
                                                                Diable
Sur ces mots, Guilhem s’en retourna au village.
Trois jours et trois nuits s’écoulèrent et ce fut le moment pour Guilhem et 
ses compagnons de retourner au pont pour constater la fin des travaux. 
Arrivés aux abords du chantier, Satan les accueille sur l’ouvrage qu’il vient 
d’achever, la mine réjouie à l’idée d’emporter avec lui une âme humaine. 
Il s’adressa alors à Guilhem en ces termes :
- « Je me suis exécuté, l’ouvrage est terminé. J’ai rempli ma part du contrat. 
A toi maintenant de me donner ce que tu m’as promis. »
Guilhem sortit alors un os de sa veste, le jeta de l’autre côté du Pont et le chien 
qui se tenait à ses côtés traversa le Pont à grandes enjambées. Alors que le Diable
ne comprenait pas la manœuvre, Guilhem s’exclama :
- « Satan, tu vois que je respecte mes engagements. Il y a trois jours de cela, 
tu me demandais l’âme d’un de mes chiens de serviteur. Et bien, voici le plus 
fidèle de tous. »
- « ARRRRGH !! Guilhem !! Tu m’as trompé. Ma vengeance sera terrible ! »
Dans sa colère, le Diable tenta de détruire le pont mais l’ayant promis le plus 
solide possible, il ne put y parvenir. Enfin, comprenant qu’il ne pourrait se 
venger, il se jeta de dépit dans les eaux de l’Hérault et creusa le gouffre noir dans
sa chute.
Parfois, en période de crue, la colère du Diable semble se réveiller et ses 
hurlements surgissent du fond du gouffre.

C’est ainsi que pendant de très nombreuses années, les pèlerins et gens
de passage qui traversaient le pont se munissaient de pierres pour les 
jeter dans le fleuve dans l’espoir d’y laisser le Diable au fond." Source

dimanche 26 août 2018

Ravioli faits maison au beurre de sauge


Faire des ravioli maison, ce n'est pas si difficile que ça ! Et servis avec une beurre à la sauge, c'est un délice. C'est vrai que c'est du travail, mais j'ai bien aimé préparer ces  pâtes. Il faut prendre son temps, ne pas être pressé et comme dit mon épicier italien : piano, piano, come fare l'amore ! (lentement comme quand on fait l'amour).
S'il y a une herbe que j'aime particulièrement c'est bien la sauge, elle a un goût si particulier : si vous la goûtez crue elle n'est vraiment pas bonne, mais dès que vous la faites chauffer dans du beurre elle libère tous ses parfums.


On l'utilise beaucoup dans la cuisine italienne. J'ai planté de la sauge dans mon jardin et la plante pousse à merveille et je la garde même d'une année à l'autre.

Pour faire la pasta il y a je ne sais combien de recettes, cette fois-ci j'ai suivi la recette du magazine Allerhande distribué gratuitement par la chaîne de supermarchés hollandais Albert Heijn. Toute cuisinière en Hollande qui se respecte attend avec impatience la sortie de ce magazine mensuel qu'on peut retirer gratuitement à l'entrée du supermarché. C'est un magazine d'environ 150 pages, bourré de pubs bien sûr, mais qui propose chaque mois plusieurs dizaines de recettes originales, souvent de grands chefs. Même Jamie Oliver collabore régulièrement avec le magazine d'Albert Heijn. Ma soeur en prend toujours 2 exemplaires, un pour elle, un pour moi. J'ai des amis hollandais en France qui se font apporter ce magazine par leur famille ou connaissances. Ce magazine est très populaire en Hollande et même si on peut retrouver toutes les recettes du magazine sur leur site internet, je crains qu'ils ne pourront supprimer la version papier. 

Presque toutes les grandes chaînes de supermarchés en Hollande ont leur propre magazine. Cela m'étonne qu'en France on ne suive pas cette tendance, car je crois que ces magazines créent un lien très fort avec le client qui ira acheter les ingrédients des recettes proposées dans leur supermarché. Lidl Hollande met à disposition de ses clients des fiches recettes à emporter que le client peut trouver au rayon fruits et légumes. Souvent je me pose la question ce qui différencie les supermarchés néerlandais de ceux en France et pourquoi les trucs qui marchent bien aux Pays Bas, ne sont pas copiés en France ? Bon je laisse le soin aux professionnels du marketing d'y réfléchir.

Je suis toujours contente d'utiliser ma petite machine pour rouler et aplatir la pâte que j'ai héritée de ma belle mère bien avant qu'elle décède. Elle l'avait achetée et comme je me doutais qu'elle ne s'en servait jamais je lui ai demandé si elle voulait bien me la prêter. Elle est descendue dans la cave et a monté la machine encore toute neuve dans son emballage ensemble avec le mode d'emploi. Par la suite elle m'a dit que je pouvais la garder.

Voici donc la recette.

Ingrédients :

250 g de farine de blé. Il me restait encore de la farine que j'avais achetée à l'épicerie italienne Peperoncino à Perpignan.
2 oeufs
1 jaune d’œuf
1/2 càc de sel
60 ml d'huile d'olive
1 échalote émincée
1 gousse d'ail émincée
250 g de champignons de Paris brun coupés en tranches
100 g de jambon de Parme
20 g de persil plat
60 g de beurre salé
8 feuilles de sauge fraîche (même un peu plus !)
60 g de fromage Parmesan râpé

Préparation :

Mélanger dans un saladier la farine, les œufs, le jaune d’œuf, le sel et 30 ml d'huile
Pétrir pendant 5 minutes pour obtenir une pâte élastique
Chauffer le reste de l'huile dans une poêle et y faire revenir l'ail et l’échalote à feu doux pendant 3 minutes
Monter le feu et ajouter les champignons et les faire dorer pendant 3 minutes
Laisser refroidir le mélange de champignons pendant 5 minutes
Trancher le jambon en fines lamelles et hâcher le persil
Mixer les champignons, le jambon et le persil dans le robot
Diviser la pâte en 6 parts égales
Passer la pâte d'abord à l'ouverture la plus grosse de la machine, puis peu à peu à une ouverture plus fine, environ 4 à 5 fois
Vous obtiendrez donc 6 bandes longues et fines de pâte
Sur 3 bandes faites environ 8 marques légères à l'aide du découpe ravioli
Poser sur chaque carré une portion de farce
A l'aide d'un pinceau humidifier d'eau les pourtours de la pâte
Couvrir ensuite chaque bande d'une deuxième bande de pâte
Avec les doigts appuyez bien la pâte autour de la farce pour éliminer l'air
Couper ensuite la pâte avec le découpe ravioli 
Appuyez bien les bords pour que la farce ne puisse s'échapper à la cuisson
Porter de l'eau salée à ébullition et cuire les pâtes pendant environ 3 minutes jusqu’à ce qu'elles remontent à la surface
Entre-temps faire fondre le beurre sur feu doux sans la laisser colorer, ajouter les feuilles de sauge et cuire 1 minute, le temps de les réchauffer
Poser sur chaque assiette préchauffée 6 ravioli et verser le beurre à la sauge sur les pâtes
Saupoudrez les pâtes de parmesan râpé
Buon appetito !

Quand j'ai préparé cette recette j'ai utilisé un découpe ravioli en bois (à gauche sur la photo), car je n'avais pas encore acheté celui à droite sur la photo (acheté chez Eataly à Turin)

Ci-dessous la vidéo de cette recette en néerlandais, mais les images parlent d'elles mêmes.

vendredi 24 août 2018

Salade de germes de mungo, concombres et poivron rouge de Gordon Ramsay



Pour cette salade Gordon Ramsay s'est inspiré d'une recette vietnamienne. Elle est délicieuse en été quand il fait chaud. 

Ingrédients :

Pour la salade :

2 concombres moyens, épluchés et sans graines
1 càs de sel
1 à 2 càs de sucre
1 poivron rouge coupé en lanières
100 g de pousses de haricots mungo

Pour la vinaigrette :

6 càs de vinaigre de riz
3 càs de sucre
2 càs d'eau
une poignée de feuilles de menthe émincées
1 gousse d'ail émincée
1 càs de gingembre râpé
1 piment rouge en fines rondelles
2 échalotes ciselées
une pincée de sel

Préparation :

Couper les concombre en biseaux et poser dans une passoire
Saupoudrer de sel et de sucre et laisser égoutter pendant 15 minutes
Rincer ensuite à l'eau froide et poser sur un torchon propre pour les essorer sans cependant les abîmer
Mélanger tous les ingrédients pour la vinaigrette et fouetter jusqu'à ce que le sucre soit dissout
Poser les concombres, le poivron et les pousses de haricots mungo sur une assiette et verser la vinaigrette sur les légumes
Bien mélanger le tout et laisser reposer 10 à 15 minutes au frigo avant de servir, en sorte que le concombre soit mariné et la salade bien fraîche.

mercredi 22 août 2018

Circuit Italie du Nord Lombardie - Mantova

Retour à mardi après-midi
Mercredi matin 11 avril 2018



Castello di San Giorgio
Comme prévu sur notre planning nous partons vers Mantova où nous faisons d'abord un petit tour du Castello di San Giorgio.
Castello di San Giorgio

Castello di San Giorgio

Castello di San Giorgio
Rigoletto est un opéra de Verdi d'après une pièce de Victor Hugo. L'Histoire se déroule à Mantova et traditionnellement on dit que dans cette maison habitait le bouffon Rigoletto. Dans le petit jardin se trouve même une statue du bouffon.
La Casa di Rigoletto

Statue du bouffon Rigoletto à La Casa di Rigoletto
Mantova est devenue la ville de Rigoletto tout comme Verona est la ville de Juliette et Roméo. En décembre 2011 avec des élèves de Dante Alighieri nous avons assisté à la représentation de Rigoletto dans le théâtre de l'Archipel à Perpignan.
La Piazza Sordello
Sur cette immense place de trouve à droite sur la photo le Palazzo Ducale et droit devant nous la Cathedrale San Pietro.

Cathedrale San Pietro


La Rotonda di San Lorenzo
La Rotonda est la plus vieille église de Mantova, où nous avons vu une exposition d'oeuvres des élèves d'une école d'iconographie.
                

                

Basilica di Sant'Andrea
Nous reprenons ensuite la route pour Parme où nous déjeunerons avant de visiter la ville.

lundi 20 août 2018

Poivrons rouges grillés aux câpres et olives


Ingrédients :

plusieurs poivrons rouges
huile d'olive
câpres
olives noires dénoyautées (de préférence les olives de Gaeta)
ail
persil
basilic
sucre
chapelure

Préparation :

Griller les poivrons, les mettre ensuite dans un journal ou une bourse en plastic, ce qui facilitera leur nettoyage par la suite
Nettoyer les poivrons
Couper les poivrons ensuite en lanières
Dans un peu d'huile d'olive faire revenir les câpres, les olives noires, l'ail, le persil et le basilic
Ajouter un peu de sucre et laisser caraméliser
Ajouter les poivrons
Ajouter en dernier petit à petit un peu de chapelure et laisser cuire quelques instants encore
Peut se manger tiède ou froid.

samedi 18 août 2018

Petits feuilletés de sardines et tomates cerises


A servir avec l'apéro ou en entrée.

Ingrédients pour 6 personnes :

300 g de pâte feuilletée en rectangle
2 boîtes de sardines à l'huile d'olive
200 g de tomates cerises rouges et jaunes*
1 orange bio
1 jaune d’œuf
thym et romarin
3 brins de basilic
huile d'olive
piment d'Espelette
sel et poivre

Préparation :

Préchauffer le four à 210°
Lavez et coupez les tomates cerises en 2* je les ai remplacées par des tomates roma
Râpez le zeste de l'orange
Égouttez les sardines
Recouvrez une plaque avec du papier sulfurisé
Déroulez la pâte et découpez, à l'aide d'une roulette crantée des rectangles de 10 x 5 cm
Badigeonnez le dessus de la pâte avec 1 jaune d’œuf dilué dans 1 càs d'eau
Saupoudrez de piment d'Espelette
Disposez les feuilletés sur la plaque
Ajoutez, tout autour, les tomates
Salez et poivrez, arrosez d'un filet d'huile d'olive, parsemez de thym et de romarin effeuillé
Enfournez 10 à 15 minutes en surveillant bien la coloration

Sur chaque feuilleté disposez une sardine, parsemez de zestes d'orange et enfournez pour 5 minutes de plus
A la sortie du four, laissez tiédir, puis parsemez de feuilles de basilic.

Recette du magazine Régal N° 72

vendredi 17 août 2018

Exposition Raoul Dufy "Les Ateliers de Perpignan 1940 - 1950" au Musée Rigaud à Perpignan



J'ignore pourquoi 2 affiches pour cette exposition circulent. Ma préférence va à la grille de San Vicens. Pourtant c'est la première affiche qu'on voit partout. Enfin, ce qui compte c'est qu'on fasse la promotion de l'exposition et à mon petit niveau j'y contribue. Vous avez encore le temps de voire cette exposition jusqu'au 4 novembre prochain.

Au mois de juin 2018 j'ai vu l'exposition de Dufy au Musée Rigaud à Perpignan, suite à une invitation de l'Association de néerlandais NVLR, dont je suis membre. Nous avons ensuite déjeuné ensemble et nous avons fait l'après-midi une balade à Perpignan où j'ai pu me rendre un peu utile en montrant les jolis coins de la ville.
Le théâtre municipal de Perpignan

J'ignorais que Raoul Dufy avait passé plusieurs années à Perpignan et qu'il y a eu 2 ateliers, dans la Rue Jeanne d'Arc et ensuite dans la Rue de l'Ange.
Nous sommes très fiers du musée Rigaud qui a rouvert ses portes il n'y a pas longtemps et où j'ai déjà vu l'année dernière l'exposition Picasso. Pendant cette exposition en 2017 je me suis fait réprimander parce que je faisais des photos. Vraiment je n'avais pas vu qu'il était interdit de faire des photos. Cela m'étonnait d'ailleurs car même aux musées célèbres comme le Louvre à Paris, le Rijksmuseum à Amsterdam,  l'Ermitage à St.-Petersbourg il est autorisé de faire des photos, à condition de ne pas utiliser le flash. Je trouve alors que le musée Rigaud de Perpignan fait du zèle, dommage, car le lieu est magnifique. J'ai l'impression qu'ils se prennent un peu pour le centre du monde. Un peu plus de modestie serait à sa place. Bon, j'arrête là ma critique et j'ai donc refait des photos (sans flash évidemment) pendant l'exposition de Dufy et je n'étais pas la seule. Et je me suis faite de nouveau réprimander.
En tant qu'ambassadrice nommée à ce titre par l'Office du Tourisme de Perpignan je vous invite à voir cette exposition qui est visible jusqu'au 4 novembre 2018. Les Perpignanais reconnaîtront les endroits connus comme le théâtre municipal,  la Place Arago ...



J'ai arrêté mon reportage photo quand on est venu me l'interdire, mais je pense que le musée devrait changer le règles du jeu en se mettant au niveau du Louvre, du Rijksmuseum et de l'Ermitage... et il serait en parfaite compagnie, je pense.