Nombre total de pages vues

jeudi 30 novembre 2017

Céleri remoulade d'Alain Ducasse

Ingrédients :

1 boule de céleri-rave
1 citron
1/2 bouquet de persil
1/2 bouquet d'estragon
1/3 bouquet de ciboulette

pour la mayonnaise :

1 jaune d'oeuf
1 càs de moutarde
2 càs de vinaigre
20 cl d'huile d'olive*
sel et poivre
*j'ai remplacé l'huile d'olive par une huile neutre

Préparation :

Laver et éplucher le céleri rave. Le râper finement et ajouter le jus de citron pour éviter qu’il ne noircisse. Laver, sécher et effeuiller le persil et l’estragon. Réserver le quart environ des feuilles d’estragon et ciseler le reste ainsi que le persil et la ciboulette.

Prendre soin que tous les ingrédients sont à température ambiante.
Dans un bol, mélanger le jaune d’œuf, la moutarde et quelques gouttes d'eau. Monter ensuite la mayonnaise en versant progressivement l’huile. Quand la texture est bien onctueuse, ajouter le vinaigre, saler et poivrer.
Rassembler le céleri râpé et les herbes ciselées puis ajouter la mayonnaise et bien mélanger le tout. Goûter et rectifier l’assaisonnement. Réserver au frais pendant au moins 2 heures. Dresser le céleri rémoulade dans un cercle sur un lit de salade de mâche et parsemer dessus les feuilles d’estragon (je n'en avais pas).

mardi 28 novembre 2017

Couscous rapidos

Dans le passé j'ai préparé régulièrement du couscous avec un bon bouillon fait maison, des légumes frais, des pois chiches, le couscous égrainé entre les doigts, le tout dans les règles de l'art. Mon couscoussier a déménagé depuis au garage, car préparer ce plat pour une personne n'est pas possible vu le nombre d'ingrédients qu'il faut. Et manger ce plat quelques jours d'affilé ne m'enchante guère.
Pourtant un jour j'avais envie d'en manger et j'ai décidé de prendre un énorme raccourci, d'où le nom que j'ai donné à cette recette, qui n'en est pas une.

Ingrédients pour 1 personne :

2 merguez
1 sachet de couscous aux épices du monde Tipiak
1 sachet de légumes pour coucous congelés de Lidl
harissa
ras el-hanout
1 cube bouillon tajine
concentré de tomates

Préparation :

Préparer le couscous selon les indications sur l'emballage
Préparer les légumes selon les indications sur l'emballage
Pour donner du goût aux légumes j'ai ajouté du ras el-hanout, un cube de bouillon et de l'harisssa et du concentré de tomates
Griller les merguez
Servir le tout avec un peu de harissa

Ok, ok, c'est de la triche, mais je vous assure que je me suis régalée !

Si j'ai gardé mon couscoussier c'est que j'ai bien l'intention d'en préparer un vrai quand j'aurai des invités qui aiment ce plat. Je crois que cela ne va pas tarder, car rien que d'y penser j'ai une envie folle de m'y mettre. Peut-être pour mon fidèle invité  du mercredi ?

dimanche 26 novembre 2017

Wagyu



Pour mes lecteurs français : Si vous écoutez la chanson ci-dessus, vous vous dites certainement que vous la connaissez, mais d'où ? Elle est utilisée dans la pub télé pour le café Carte Noire avec l'actrice Rossy de Palma, égérie d'Almodovar. Cette chanson date de 1921 ! Le thème de la chanson est : On n'est pas riche, mais qu'est ce qu'on s'amuse ! Quel rapport avec mon article, me direz-vous. Eh bien, premièrement j'aime beaucoup cette chanson et moi non plus je ne suis pas riche, mais de temps en temps je me fais plaisir avec des produits de luxe. Vous aurez remarqué que je ne mange pas souvent de la viande,  mais quand j'en mange je veux de la qualité. 

La plupart de mes recettes sont à des prix tout à fait raisonnables, très souvent même bon marché, mais il m'arrive de faire des exceptions, comme par exemple ce 31 décembre de l'année dernière. A Noël j'avais réuni chez moi la famille et une amie pour un repas de fête, mais le 31 j'étais seule et j'avais envie de me faire plaisir. Le hasard a voulu qu'en faisant mes courses à Intermarché à Canet en Roussillon j'y ai découvert de la viande Wagyu. (Pour savoir comment ça se prononce cliquez ici). Je ne m'attendais pas du tout à trouver cette viande au supermarché et malgré le prix élevé je me suis laissée tenter pour un repas de fête aux chandelles. Le boucher avait même pris la peine de couper d'abord une première tranche et de me servir la deuxième. 

Entrecôte Wagyu très persillée
J'y ai rencontré le responsable du magasin et j'ai exprimé mon étonnement de trouver cette viande de luxe au supermarché. Nous avons bavardé encore un peu et puis il s'est éloigné pour me ramener un petit flacon d'huile aux truffes. "Je vois que vous aimez la bonne cuisine, alors j'ai le plaisir de vous offrir ce petit cadeau !" Bonnes fêtes ! Waoh Sympa ! Encore merci. Il y a collé une étiquette "offert" pour que je n'aie pas de problème pour le passer à la caisse. J'ai un peu honte d'écrire cet article presque un an après, mais j'ai plus d'un an de retard sur mon blog, donnant la priorité aux reportages de mes voyages. 


  
Eh oui, vous avez bien vu : 56 € pour une entrecôte ! Le bœuf Wagyu est un bœuf japonais. Son nom provient de la juxtaposition des termes gyu signifiant bœuf, et wa signifiant du Japon. Le bœuf Wagyu englobe plusieurs races de bœuf japonais dont le fameux bœuf de Kobé. La grande différence entre le bœuf Wagyu et le bœuf de Kobé, est que ce dernier est exclusivement élevé à Kobé, d’où son appellation. A l'origine cette viande ne pouvait provenir que du Japon, mais aujourd'hui la race de bœuf a été exportée et des élevages existent aux Pays-Bas, en Australie, mais également en France :



D'après la légende on dit que ces bœufs sont alimentés à la bière, massés quotidiennement au saké et qu'on leur fait écouter de la musique de Mozart. Un éleveur néerlandais têtu leur fait par contre écouter du Bach... Le prix de cette viande se situe autour de 250 € le kilo. Pour savoir si vous avez devant vous une viande wagyu de qualité, il suffit de comparer sa texture à l’index de marbrage de la viande de bœuf. Un indice de 6 à 8 est bon, le maximum (12) représentant le nec plus ultra.







Avant de préparer la viande je me suis bien documentée comment la cuire. Pour que les graisses puissent bien se libérer il faut la cuire à feu doux. La viande fond dans la bouche, elle est vraiment excellente, c'est un produit de dégustation. Il faut l'essayer au moins une fois dans la vie pour ne pas mourir idiot.
Je l'ai servie avec des morilles séchées que j'ai deshydratées dans du cognac, et une purée de panais.

Ingrédients pour la purée pour 4 personnes :

  • 6 panais  
  • 1 oignon  
  • 2 càs d'huile d’olive
  • 20 cl bouillon de légumes
  • 2 càs de crème fraîche
  • Sel et poivre
Préparation : 

Pelez et émincez l’oignon. Épluchez le panais et coupez-les en tout petits morceaux.

Dans une cocotte avec l’huile, faites suer l’oignon. Ajoutez les panais et mouillez avec le bouillon. Laissez cuire 30 minutes. Égouttez et mixez jusqu’à l’obtention d’une purée.

Versez la purée dans une casserole, ajoutez la crème fraîche, du sel et du poivre et faites réchauffer à feu doux. 

Ingrédients pour les morilles pour 4 personnes :

20 g de morilles séchées
25 g de beurre
10 cl de bouillon de veau
2 échalotes
1 citron jaune
1 c. à soupe de Cognac
sel, poivre

Préparation :

Laisser macérer les morilles dans 20 cl d'eau bouillante et le cognac pendant 20 min. 
Essuyez-les avec du papier absorbant. 
Passez l'eau de macération dans un chinois. Versez-la dans une casserole et faites-la bouillonner sur un feu vif jusqu'à ce qu'elle diminue des 2/3.
Découpez le citron en deux. Pressez-le pour en extraire le jus. 
Épluchez les échalotes et coupez-les en tranches fines. 
Émincez la moitié des morilles. 
En même temps, chauffez le bouillon de veau dans une petite marmite.
Faites fondre le beurre dans un poêlon. Versez-y les échalotes. 
Faites-les sauter pendant 5 min à feu doux. 
Déversez-y toutes les morilles.
Ajoutez le bouillon de veau et faites cuire à feu moyen pendant 5 à 10 minutes  et laissez la sauce réduire de moitié.
Arrosez le tout avec l'eau de macération et une cuillerée de jus de citron. Assaisonnez le mélange de sel et de poivre. Laissez cuire jusqu'à l'ébullition.


Et pour bien terminer l'année et bien commencer la nouvelle du champagne bien sûr !

Pour d'autres entrées de Noël cliquez ici
Pour les plats principaux de Noël c'est ici
Et pour les desserts cliquez ici

vendredi 24 novembre 2017

Restaurant La Galiote à Canet en Roussillon



Moules gratinées
Le restaurant La Galiote à Canet en Roussillon  sur le front de mer de Canet Plage est toujours bien rempli. Même au mois d'octobre quand les touristes sont partis. Le week-end mieux vaut réserver, car il est fréquenté beaucoup pas les autochtones, ce qui est bon signe. Le service est agréable et on vous sert des plats bien copieux. Si vous commandez une entrée réfléchissez avant de commander un plat de résistance. 
Mon amie et moi y avons déjeuné en octobre 2016 et nous y sommes retournées en octobre 2017 (oui nous fuyons les restaurants pendant la haute saison).
Hélas, je ne me rappelle plus des noms des plats que nous avions commandés, mais les photos vous donnent une bonne impression de ce qu'on nous a servi. Des plats très copieux et bons. Une cuisine simple, mais très goûteuse.
Je crois qu'il s'agit d'un dessert aux figues

Et dernièrement nous y avons mangé des moules sauce poulette.
Les personnes attablées à côté de nous avaient commandé une entrée et un plat. Une fois l'entrée terminée la patronne leur a demandé s'ils maintenaient leur commande pour le plat principal. La réponse fut non, car l'entrée fut très copieuse. Cela n'a pas dérangé du tout la patronne et elle a mis à l'aise ses clients. J'ai trouvé cette attitude très commerciale, car ce n'est pas partout qu'on accepte l'annulation d'une commande. Chapeau ! Je mets ce restaurant dans mes bonnes adresses premièrement pour la qualité des plats simples et goûteux et deuxièmement pour l'accueil chaleureux. On s'y sent un peu en famille. Et c'est plutôt rare dans un restaurant qui vit surtout du tourisme.

mercredi 22 novembre 2017

Saltimbocca de saumon et pommes de terre gremolata de Lorraine Pascale




Il y a plusieurs années SFR m'avait envoyé leur box télé, mais je ne l'avais jamais branchée, jusqu'au jour où j'ai vu une pub à la télé annonçant une nouvelle chaîne de cuisine 24/24 heures comprise dans le bouquet de base SFR : My Cuisine. Depuis que Cuisine TV, nommé plus tard Cuisine + avait disparu du bouquet de Canal, cela me manquait. Donc là je me suis empressée d'installer (ou plutôt me faire installer) la box SFR. Quand j'ai vu cette recette de Lorraine Pascale à la télé j'ai eu tout de suite envie de la préparer. Lorraine est plutôt pâtissière, mais elle présente aussi d'autres recettes simples, mais toujours originales.

Ingrédients :

4 pavés de saumon sans peau
12 tranches de pancetta
12 feuilles de sauge
huile d'olive
750 g de petites pommes de terre
quelques feuilles de salade
quelques tomates séchées à l'huile
pignons de pin
sel et poivre

Pour la gremolata :
persil
2 gousses d'ail
zeste râpé d'un citron
huile d'olive

Préparation :

Faire dorer les pignons de pin dans une poêle sans matière grasse
Réserver
Saler et poivrer les pavés
Si vous utilisez de la pancetta italienne il n'est pas nécessaire d'assaisonner les pavés car cette pancetta est déjà assez épicée
Poser sur chaque pavé 3 feuilles de sauge
Enrouler chaque pavé dans 3 tranches de pancetta
Entre temps cuire les pommes de terre non épluchées dans de l'eau salée
Dans l'huile d'olive faire dorer les pavés de tous les côtés en commençant par le côté sauge
Préparer la gremolata en mixant le persil, le zeste du lemon, l'ail et l'huile d'olive
Quand les pommes de terre sont cuites les égoutter et remettre quelques instants sur feu doux pour les sécher
Écraser légèrement les pommes de terre et mélanger avec la gremolata
Servir les pommes de terre sur quelques feuilles de salade mélangées avec les tomates séchées et parsemer avec les pignons de pin.

J'ai adoré cette recette.

lundi 20 novembre 2017

Ravioles au foie de canard sauce aux champignons

Quand je prépare les fêtes de fin d'année je prévois toujours trop au cas où j'aurais des invités à l'improviste. On ne me prendra pas au dépourvu. Et s'il me reste des aliments, pas de problème, j'aurai le plaisir de les utiliser pour des recettes en début de la nouvelle année. Cela a été le cas l'année dernière. J'avais acheté chez Intermarché des ravioles au foie de canard. Finalement je les ai préparées pour mon invité traditionnel du mercredi en début de la nouvelle année.

Ingrédients :

Ravioles au foie de canard (congelées chez Intermarché)
1 oignon
champignons
bouillon de volaille
crème fraîche
huile de truffe
huile d'olive

Préparation :

Faire revenir les oignons dans l'huile d'olive
ajouter les champignons et faire dorer sur feu vif
ajouter le bouillon et laisser cuire 10 minutes
ajouter ensuite la crème fraîche et laisser cuire encore 10 minutes
pendant ce temps cuire les ravioles selon l'indication sur l'emballage
réserver quelques champignons entiers cuits
mixer le reste de la sauce et ajouter l'huile de truffe
Servir les ravioles nappées de la sauce et des champignons réservés
Si vous avez la chance d'avoir des truffes parsemer les ravioles avec quelques lamelles.

samedi 18 novembre 2017

Turin - Musée Egyptologique, Piazza della Consolata et enfin le bicerin !

Lundi 25 septembre 2017

Ce matin nous visitons le Musée d'Egypte. Personnellement cela ne m'attirait pas trop, ayant vu déjà plusieurs musées en Egypte. Et j'avais plutôt envie de découvrir la culture italienne. Mais pour l'Italie ce musée est très important, car l'égyptologue italien Schiaparelli a réalisé des fouilles en Egypte. Et c'est dans ce musée que Champollion a commencé à déchiffrer les hiéroglyphes.

Cette momie d'un homme n'a pas été découverte lors des fouilles, mais c'est Schiaparelli qui l'a achetée en Egypte.
Cet ostracon représentant une ballerine dans une position acrobatique est la pièce qui m'a le plus plu !
Quelques fragments de la statue d'Iteti



Après cette visite nous déjeunons chez I Fratelli di Cozza où j'ai opté pour un menu à 10 € pour un plat et dessert, vin compris.
L'établissement dispose d'une grande terrasse où nous avons eu la chance de trouver des places.
Un plat de pâtes

Et une pannacotta

Un autre jour j'y a pris une castellana, un roulé de jambon fromage pané. Pour la recette cliquez ici

L'après-midi nous visitons le Sanctuaire de la Consolota.
La Crypte de l'Eglise




Une grande collection d’ex-voto populaires orne les murs à côté d'une reproduction du "Retour de l'enfant prodigue" de Rembrandt. Il s’agit très souvent de peintures naïves représentant une scène d’accident (à la ville ou à la campagne, voiture, tramway, charrette…) ou des scènes de guerre (personne sauvée lors d’un bombardement, prisonnier de guerre qui attend sa libération) ou des scènes de maladie de la vie courante. On est obligatoirement ému en regardant ces peintures naïves et pleines de foi, qui traduisent la reconnaissance des personnes sauvées. 

En face de l'église sur la Piazza della Consolata se trouvent deux jolis commerces.
L'herboristerie Piazza della Consolata

Et le caffè Al Bicerin

Caffè Al Bicerin

Caffé Al Bicerin


Le bicerin est une boisson typiquement piémontaise originaire de Turin et porte le nom de cet établissement où est né la recette. Il se compose d'une couche de café, une couche de chocolat chaud et une couche de crème froide légèrement frappée. Il ne faut pas mélanger les couches, mais boire le chocolat et le café à travers la crème. 

La patronne d'al Bicerin nous donne sa recette secrète sans la dévoiler vraiment. Elle nous a offert gentiment des chocolats gianduiotti délicieux. Ancora grazie !

Et le soir nous avons dîné au Restaurant Dual. Des personnes m'ont demandé ce que c'était le vitello tonnato. C'est une recette de la cuisine piemontaise que je connais bien, car je l'ai préparée plusieurs fois à la maison, voici ma recette. Il s'agit de tranches de viande de veau servies avec une sauce à base de thon, d'anchois et de câpres. Le mélange poisson viande paraît étrange, mais c'est vraiment excellent. Chez Dual on le présente comme çà :


Vitello tonnato

J'ai choisi une battuta di carne di vitello (tartare de viande de veau) cruda

et un stick di pesce spada, une brochette d'espadon avec beurre au citron et salade de fruits frais
Ce dernier plat m'inspire pour le préparer à la maison. D'ailleurs j'ai bien l'intention de préparer aussi un bicerin qui ne sera peut-être pas aussi bon que celui bu à Turin, mais qui me rappellera de bons souvenirs.

jeudi 16 novembre 2017

Couscous épicé aux poivrons turcs



En passant au marché de la Place Cassanyes de Perpignan j'ai acheté quelques poivrons turcs. Ce sont des poivrons pointus vert clair très doux en goût. J'ai demandé au vendeur comment lui les préparait : "simplement frits à l'huile et saupoudrés de fleur de sel. C'est comme ça qu'ils sont les meilleurs, madame."
Le marché de la Place Cassanyes
J'ai donc suivi ses conseils et je les ai mangés accompagnés avec du couscous parfumé aux épices du monde de Tipiak.
Un petit plat simple, rapide et goûteux pratique pour les jours  où on est pressé.

mardi 14 novembre 2017

Flan de chou-fleur au curry de Guy Martin

Eh oui, c'est encore la même amie qui m'a offert encore un magnifique livre de cuisine. Elle sait que cela me fait énormément plaisir, car chaque livre de cuisine est pour moi comme une bible. En plus elle a le chic de dénicher des livres qui me font vraiment plaisir et que je n'ai pas encore dans ma bibliothèque ! Cette fois-ci c'est le livre de Guy Martin qu'elle a choisi qui s'appelle tout simplement "Cuisine". 

Dans son introduction Guy Martin écrit : "Cuisiner au quotidien est une nécessité pour notre équilibre alimentaire, budgétaire mais aussi un moyen d'expression envers sa famille et ses amis". Et j'ajouterais : et envers soi-même, car il m'arrive souvent de cuisiner avec passion pour moi toute seule. 
Le livre présente une recette sur la page de gauche et sa photo sur la page de droite. Et le petit plus ce sont les deux rubans marque pages. La plupart des recettes sont simples à préparer, mais elles ont l'originalité de présenter les aliments préparés différemment. Comme par exemple le chou-fleur. A la maison ma mère le préparait le plus souvent de la même façon : le chou couvert d'une sauce maïzena et saupoudré de noix de muscade. C'est très bon aussi, mais j'aime bien varier. La preuve, sur ce blog j'ai déjà présenté une vingtaine de recettes de chou-fleur.

Voici donc la recette de Guy Martin pour ce flan de chou-fleur au curry :

Ingrédients :

250 g de chou-fleur
2 oeufs
2 jaunes d'oeufs
25 cl de crème liquide
1 pointe de curry de Madras
20 g de beurre pour les ramequins
sel et poivre

Préparation :

Défaire le chou-fleur en petits bouquets
Les cuire pendant 10 minutes dans une casserole d'eau bouillante salée ou à la vapeur
Égoutter, mixer
Dans un bol mélanger les oeufs, les jaunes et la crème
Ajouter le curry de Madras
Saler et poivrer
Ajouter la purée de chou-fleur
Verser dans 4 ramequins de 8 cm de diamètre beurrés
Placer les ramequins dans le panier d'un cuit-vapeur ou au four à 180°C sur une plaque creuse dont le fond est recouvert d'eau
Cuire 20 minutes
Laisser reposer 5 minutes et servir
Accompagner d'une salade.