Nombre total de pages vues

mardi 22 avril 2014

Procession de la Sanch à Perpignan 2014



Voilà 37 ans que j'habite dans la région et jusqu'ici je n'avais jamais eu l'occasion de voir la procession de la Sanch à Perpignan, car mon emploi ne me permettait pas de m'absenter le vendredi saint, la période de Pâques étant très chargée en réunions. En 2013, étant à la retraite, j'aurais pu enfin voir la procession si ce n'est que je me trouvais à la cathédrale de Shanghai... 

Cette année c'était décidé, il fallait absolument que je voie enfin la procession de Perpignan et c'est chose faite. Sachant que le centre ville serait fermé à la circulation j'avais pris mes précautions et j'ai pris les transports publics. La procession devait démarrer à 15 heures et comme je ne voulais rien manquer je me suis trouvée au lieu de départ de la procession au moins une heure d'avance. J'ai bien fait, car j'étais bien placée pour prendre des photos et vidéos. J'ai été impressionnée par la procession, mais encore plus par le silence observé par le public : On pouvait entendre une épingle tomber.



Voici le départ de la procession à l'église Saint Jacques à Perpignan.
En tête du cortège, le Regidor, pénitent en rouge, muni d'une clochette. Suivent les mistéris fleuris portés par des pénitents. Ces 'misteris' sont des représentations des scènes de la passion du Christ et sont portés par quatre à huit caparutxes ou par des femmes en coiffes de mantilles.

Pour raconter l'histoire de la Confrérie de la Sanch j'ai cherché des articles de presse. La Confrérie de la Sanch (« Précieux Sang du Seigneur ») a été fondée en 1416, en l’église Saint-Jacques à Perpignan.
Outre l’aspect spirituel, le but de la Confrérie était la commémoration de la Passion par les processions et l’assistance aux prisonniers et aux condamnés à mort avant, pendant et après leur exécution. C'est de là que provient l'habit originel des membres de la confrérie : la caparutxe noire et la cagoule. Vêtus comme le prisonnier, les confrères évitaient, en se confondant à lui, au condamné à mort d'être maltraité par la foule.

Les processions avaient lieu autrefois le Jeudi Saint et le Vendredi Saint. Les flagellants étaient les plus impressionnants. Le dos nu, ils prenaient un soin particulier à se fouetter avec ardeur. Ces pratiques d’une démonstration de foi un peu véhémente incitèrent l’autorité religieuse et le Conseil Souverain du Roussillon à limiter progressivement ces processions.


Au XVIIIème siècle, elles furent interdites, car jugées trop baroques et espagnoles au goût des autorités françaises. Pendant plus d’un siècle, la Confrérie de la Sanch a survécu intra-muros dans l’église Saint-Jacques.


Ce n’est qu’en 1950, sous l’impulsion de Josep Deloncle, initiateur de la Casa Pairal, que les processions, avec le défilé de « misteris », reprirent leur itinéraire tout autour du centre-ville de Perpignan. Il en est ainsi aujourd’hui chaque vendredi Saint.



La procession dure 3 heures et passe par les petites rues du vieux centre de la ville. Le quartier Saint Jacques est un des plus beaux quartiers de la ville et la prochaine fois je me posterai dans une des ces petites rues pour profiter du cadre pittoresque pour mes photos.


Il n'y a pas que des pénitents habillés en noir, couleur du deuil, mais aussi en rouge, couleur du sang.
Plusieurs pénitents marchent pieds nus.


Parmi les centaines de pénitents se trouvaient également des enfants.






Cette procession attire beaucoup de touristes venus de tous les pays et aussi de Catalogne sud, où cette tradition est également perpétuée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos suggestions et commentaires sont les bienvenus
Pour vous aider à les publier, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez une adresse gmail, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez choisir "Anonyme" et si vous le souhaitez mentionner votre nom dans le texte.
3) Vous pouvez, en cochant M'informer être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquez sur Publier.

Le message sera publié après modération.



Pour imprimer l'article cliquez sur Printfriendly