Nombre total de pages vues

samedi 27 avril 2013

Pâques en Chine 2013 - M50 à Shanghai


Jeudi après-midi

Cathédrale St. Ignatius de Shanghai
L'après-midi le bus dépose les musiciens et choristes à la cathédrale de Shanghai pour leur répétition. Nous y apercevons encore un couple de mariés en séance photo. Où qu'on se trouve à Shanghai, on a toujours en décor les grands buildings. Pendant leur répétition nous allons visiter un quartier très branché de la ville. Situé au Nº 50 de la rue Moganshan à Shanghai, M50 est l'un des quartiers artistiques les plus importants de la ville où l'on peut découvrir la culture contemporaine chinoise et les industries créatives de Shanghai. Avec une superficie de près de 24 000 mètres carrés, M50 abrite une cinquantaine d'anciens bâtiments industriels de toutes les périodes depuis les années 1930. On y trouve des galeries d'art, des ateliers d'artistes...


Encore une fois je constate que je ne me sens  pas dépaysée du tout. Les personnes qui m'accompagnent me font remarquer que ce quartier les fait penser à la Hollande. Jugez vous même ! Les immeubles en briques rouges et l'ambiance artistique rappellent en effet mon pays d'origine.


J'ai visité plusieurs expositions. Ci-dessous une galerie de portraits chinois.




Coca Cola omniprésent en Chine

On a même adapté le nom en chinois


Je suis tombée sous le charme de la galerie Shuang Lun Art Studio où j'ai fait connaissance avec le peintre Ning Tao ci-dessous sur la photo.


Il ne tenait pas trop à poser pour la photo. Je regrette que nous n'ayons pu communiquer ensemble, car il parlait uniquement le chinois et pas un mot d'anglais. Je lui ai expliqué avec les mains et les pieds que dans ma famille il y avait beaucoup de peintres et que j'avais un blog sur internet et que j'avais l'intention de parler de lui sur mon blog. Il m'a donné sa carte de visite et je lui enverrai mon article.


Sauf .... il semblerait qu'en Chine on ne puisse accéder à mon blog. J'ai reçu cette information d'une connaissance qui habite à Shanghai : Votre blog doit avoir un contenu politique ou subversif car il ne passe pas le Great Fire Wall ! (Notez le jeu de mots !).
C'est amusant et triste à la fois. D'autant plus que je ne parle pas du tout politique sur mon blog. J'aurais aimé communiquer par le biais de mon blog avec des personnes dans le monde entier, y compris la Chine. Peut-être la visite actuelle du Président français  François Hollande à la Chine améliore les relations entre nos pays. L'organisatrice du voyage m'a confirmé en effet que la Chine reste frileuse à l'égard d'internet. Je crois que les réseaux sociaux y sont inaccessibles.


Je suis sous le charme de ce tableau, vous allez rire, mais c'est le vélo qui se trouve devant qui rajoute encore plus au charme. J'aurais pu en recadrant  la photo supprimer le vélo, mais non, je préfère ma photo telle quelle et je l'ai prise intentionnellement ainsi.
La jeune femme tend entre ses mains un fil. Quand j'étais jeune on jouait à ce jeu en Hollande et je suis restée pensive devant ce tableau et étonnée que ce jeu existe aussi en Chine (en France aussi ?). Mais peut-être les Hollandais l'ont importé de Chine, cela me semble très plausible.


L'élégance de cette dame chinoise m'a séduite également, son regard, sa pose, la cigarette qui rajoute à son élégance. Ce tableau me rappelle un portrait que l'artiste Néerlandais Frits Hes a fait de ma mère que j'ai le plaisir de vous faire découvrir ici :





Après la visite du quartier M50 nous allons prendre un café dans ce bar. Sommes-nous à Shanghai, Amsterdam ou Paris ? Toujours pas de dépaysement, mais rassurez-vous, dans d'autres articles je parlerai de la China telle que je l'avais imaginée et qui existe toujours. Mais j'ai quand même été agréablement surprise de la modernité de ce pays.
Au fait, commandez plutôt du thé, car une tasse de café coûte facilement 35 yuans (= 4,30 €) et souvent il n'est pas bon. Il faut s'adapter aux coutumes du pays et le thé y est excellent.

En arrivant en bus dans le quartier M50 j'avais vu des graffitis, mais du bus je n'avais pu les prendre en photo. Au retour le bus est passé par une autre rue, mais à la demande du guide le chauffeur du bus a fait demi-tour pour repasser devant les graffitis. Je n'ai pas voulu abuser en retardant tout le monde et j'ai pris seulement une photo. J'avais constaté qu'en Chine aussi les graffitis font partie du paysage et je tenais à vous le montrer sur mon blog. En plus je trouve celui-ci rigolo. Comment l'interpréter ?



J'ai pris quand même quelques photos par la vitre du bus, je ne pouvais quand-même pas demander à chaque fois au chauffeur de s'arrêter pour que je puisse prendre une photo. Je ne veux pas vous priver de la façon ingénieuse d'étendre le linge sur des bâtons perpendiculaires à la façade et à travers les manches des vêtements. Economie de pinces à linge.


Et si on n'a pas assez de place à la fenêtre de l'appartement, on descend dans la rue et on étend le linge sur le trottoir. Il ne s'agit pas d'une exposition des articles du commerce. On peut voir également sur le grillage une paire de baskets, des culottes et quelques paires de chaussettes. Faites un zoom sur la photo.


J'ai remarqué souvent que les Chinois sont très ingénieux et inventifs, comme par exemple sur cette photo agrandie de très mauvaise qualité prise du bus. On porte sur la mobylette un manteau à l'envers pour se protéger du froid ou du vent. 


Après avoir récupéré les musiciens nous partons en fin d'après-midi à Hangzhou à 170 km au sud ouest de Shanghai. Nous reviendrons à Shanghai vendredi soir. 




On passe devant un magasin Ikea. Je m'étonne de nouveau. Oui, même ici il y a Ikea. Je rêve d'un bon lit ....
Dans le bus je compte depuis combien d'heures je n'ai pas vu un lit depuis mon départ de Canet. Mercredi 27 mars debout à 3 heures du matin  et je vois enfin un lit à Hangzhou vers 23 heures le jeudi soir. Il faut déduire le décalage horaire de 7 heures, donc si je ne me trompe pas, cela fait 37 heures presque sans avoir fermé l'oeil, car j'ai à peine dormi dans l'avion.

Lire la suite ....

6 commentaires:

  1. Buongiorno Cémentine,
    toujours très intéressée par ton blog sur la Chine. Très intriguée par le graffti que je ne sais interpréter. Si quelqu'un ou quelqu'une peut m'expliquer, j'en serais enchantée.Nouveau "dazibao"? Quel message? J'y vois deux petits cochons à l'intelligence ou à la connaissance broyée par des machines implacables...? Je ne sais. A propos de "Dazibaos", y en a t-il toujours autant? Modernisés?
    Ravie que le jeu du fil entre les mains soit peut-être d'origine chinoise ou tout du moins aiastique. J'y ai beaucoup joué dans mon enfance et j'ai rencontré au Viet-Nam et aux Philippines beaucoup d'enfants s'adonnant à ce jeu.Je n'avais pas pensé alors à faire le lien avec une origine asiatique éventuelle.
    j'attends de vraies maisons de thé...
    Merci. A presto. Christiane

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas vu de "Dazibaos", mais cela ne veut pas dire qu'ils n'existent plus. Mais peut-être on communique plus par sms ou e mail aujourd'hui ?

    J'ai visité une maison de thé, mais j'ai l'impression que c'est un endroit pour les touristes. On nous a montré comment il faudrait préparer le du thé et encore ce n'est pas pareil pour chaque sorte de thé. Il faudrait presque une théière différente par sorte de thé. Quoi qu'il en soit, j'ai acheté du thé en Chine bien sûr. Bientôt sur ce blog ...

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Clémentine et merci pour cette deuxième livraison.

    Pour l'interprétation de la peinture murale, pour moi c'est lumineux. En plagiant Pierre DESPROGES on peut dire que l'artiste se pose la question, NOUS pose la question, pose la question AU MONDE ENTIER: "c'est-y de l'art ou du cochon???"
    Pour l'élastique dans les mains je vous renvoi vers l'album "Tintin au Tibet" lorsque Tintin et le capitaine Haddock sont reçus par le chef de l'aérodrome de Katmandou. Ci dessous lien pour y accéder.

    http://www.bellier.org/tintin%20au%20tibet/vue10.htm

    Affectueusement.

    Jean-Michel DUPUY

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jean-Michel,

      D'autres livraisons sont prévues. Mais tu sais que les retraités sont débordés, donc patience !
      Déjà 2 observations au sujet du graffiti : Christiane et maintenant toi. D'autres idées ?
      Tu connais bien les détails des livres de Tintin, mais non, il ne s'agit pas d'un élastique, mais d'un fil de coton. Et on peut jouer ce jeu à 2.
      Pour information : j'ai envoyé le lien vers cet article au peintre Ning Tao avec un mail en anglais. Je n' ai pas reçu de réponse. Si un jour il y en aura une je vous le ferai savoir.

      Supprimer
  4. Oh voilà un beau blog qui nous évoques de beaux souvenir "Made In China" Merci Clémentine pour ces belles pages !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Vincent ! D'autres pages vont suivre.

      Supprimer

Vos suggestions et commentaires sont les bienvenus
Pour vous aider à les publier, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessous
2) Si vous avez une adresse gmail, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez choisir "Anonyme" et si vous le souhaitez mentionner votre nom dans le texte.
3) Vous pouvez, en cochant M'informer être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquez sur Publier.

Le message sera publié après modération.



Pour imprimer l'article cliquez sur Printfriendly