Nombre total de pages vues

mercredi 27 juillet 2016

Calabre - I murales de Diamante


Lundi 11 avril 2016

Nous partons pour la petite ville de Diamante tout à fait dans le nord de la Calabre. Mais d'abord nous faisons un détour par Santa Domenica pour faire un tour au marché. J'y ai acheté une jolie nappe pour la table de mon jardin. Enfin, c'est un raccourci, car d'abord c'est ma soeur qui l'avait achetée et puis elle me l'a revendue car finalement elle trouvait qu'elle n'allait pas très bien sur sa table de jardin.


L'huile d'olive se vend dans des bouteilles de récupération
La particularité de Diamante ce sont ses peintures murales. L'idée est venue du peintre Nani Razzetti qui avait  proposé en 1981 au maire de la commune de revitaliser le centre historique avec des peintures murales.






Les mosaïques de Michele et Angiolina Sposito sur le mur extérieur de l'église racontent l'histoire antique de Calabre jusqu'à la civilisation d'aujourd'hui. Le taureau de Papasidero et les paysans et pêcheurs.

Voici encore quelques autres peintures murales :


















Nous cherchons à nous restaurer, mais nous n'avons trouvé aucun restaurant ouvert dans le village, la saison touristique n'ayant pas encore démarré.
Nous reprenons la voiture et arrivons à Cirella à la recherche d'un restaurant ouvert. 

Arrivées vers 17 heures au restaurant A Cantinella à Cirella nous trouvons la porte close, mais voilà qu'une dame arrive et ouvre la porte. Officiellement le restaurant n'était pas ouvert, mais elle nous a demandé si on s'accommoderait de quelques antipasti. C'est exactement ce qu'on voulait manger, on voulait un petit repas léger, car on avait prévu de manger le soir une pizza à Tropea. Et elle nous a servi ce qu'elle avait de disponible : charcuteries, légumes sott'olio et bien d'autres choses encore. Probablement impressionnée par la faveur qu'elle nous faisait d'ouvrir spécialement pour nous, j'ai oublié de prendre en photo les plats. Mais je me rappelle qu'il y avait entre autres un antipasto à base de cédrat, une spécialité de la région. En plus elle nous a servi gracieusement le dessert : un gâteau et un alcool de la région. Nous avons été ravies de son accueil en dehors des heures d'ouverture du restaurant.

Sur la route de retour il nous est arrivé un pépin avec la voiture de location : le voyant de l'huile s'est mis à clignoter. Il n'y avait pas de bidon d'huile à bord et on a essayé de contacter l'agence de location à l'aéroport, l'ACI, enfin tous les numéros de téléphone que nous avons trouvés dans le contrat, mais personne n'a répondu au téléphone. Les stations d'essence étaient tous fermés, à part les pompes. On m'a toujours dit qu'il ne faut surtout pas continuer la route si le voyant de l'huile s'allume, donc j'immobilise la voiture au parking d'une station d'essence en espérant l'arrivée d'un prince charmant. Mon rêve a été réalisé, voila qu'une vieille voiture cabossée dont les phares ne fonctionnaient pas, s'arrête pour faire le plein. Il fait nuit, je distingue mal le conducteur du véhicule, mais je prends le risque de l'aborder. Trois hommes se trouvent dans la macchina auxquels j'explique mon problème. Hélas, ils n'avaient pas de bidon d'huile, mais ils allaient retourner dans leur village pour en chercher ! "Attendez 10 minutes, on revient".
Et nous avons attendu en espérant qu'ils tiennent parole. Et voilà, on voit arriver une voiture phares éteints, ça ne pouvait être qu'eux ! Équipes de 2 bidons d'huile, d'une lampe de poche et d'un rouleau de sopalin ils se mettent au travail. Ils vérifient le niveau : "ah oui il en manque !" Après avoir ajouté une bonne rasade ils revérifient, il en manque encore un peu. Timidement je leur dis de ne pas en mettre trop, car même si je connais rien à la mécanique je sais que trop d'huile n'est pas bon non plus. "Ne vous inquiétez pas, là c'est bon. Mettez le contact et regardez si le voyant est éteint." En effet le voyant ne s'allume plus. J'ai remercié mille fois (grazie mille) nos princes charmants. Quand j'ai voulu les dédommager ils ont refusé, mais j'ai insisté et je leur ai donné 20 €. Nous reprenons notre route, mais au bout de quelques kilomètres le voyant commence de nouveau à clignoter. Mais j'ai aussi un autre message qui m'indique un certain nombre de kilomètres. Je ne comprends pas trop, mais je n'ai d'autre solution que de continuer notre route jusqu'à Tropea, quand-même assez crispée.

A Tropea nous allons manger au restaurant Il Vecchio Forno, selon notre documentation c'est la meilleure pizzeria de la ville, même notre épicier nous a recommandé cette adresseIl Vecchio Forno date de 1800 et a servi de four à pain. Pendant la deuxième guerre mondiale les habitants portaient leur pain à ce four à bois, mais également  des plats à cuisiner. 
Le Four



Je n'aime pas trop critiquer négativement les restaurants, mais j'ai mangé de meilleures pizzas. Ma soeur et moi étions convaincues que les coeurs d'artichauts et les champignons sortaient d'une boîte de conserves.

Mais il faut absolument que je vous raconte la suite de nos déboires avec la macchina. Le lendemain matin je veux en avoir le coeur net et je vérifie moi-même le niveau d'huile. La jauge me dit qu'il y a beaucoup trop d'huile dans le réservoir. Franco, l'homme d'entretien du site où se trouve notre appartement me demande ce qui se passe et je lui explique ce qui m'était arrivé la veille au soir et que j'avais l'impression que nos princes charmants avaient ajouté beaucoup trop d'huile. Franco a fait le contrôle et a confirmé mes doutes. Il fallait absolument enlever le surplus. Pas assez n'est pas bon, mais trop non plus ! Il m'a pris rendez-vous avec une garagiste du village qui a donc enlevé au moins 1/2 litre d'huile si ce n'est pas plus ! Cela m'a coûté 10 €. Entre temps j'avais lu dans le mode d'emploi de la voiture que si le voyant de l'huile clignote il faut penser à faire la vidange et il indique dans combien de kilomètres... J'aurais mieux fait de lire le mode d'emploi la veille. Cette affaire m'a coûté 30 € pour rien et finalement mes dépanneurs étaient peut-être très serviables, mais pas des princes charmants.

1 commentaire:

  1. Merci encore Clémentine ....3 fois merci . C'est à chaque fois un nouveau plaisir de te découvrir à travers tes reportages . Bravo , bonne journée et à + . MICHEL .

    RépondreSupprimer

Vos suggestions et commentaires sont les bienvenus
Pour vous aider à les publier, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez une adresse gmail, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez choisir "Anonyme" et si vous le souhaitez mentionner votre nom dans le texte.
3) Vous pouvez, en cochant M'informer être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquez sur Publier.

Le message sera publié après modération.



Pour imprimer l'article cliquez sur Printfriendly