Nombre total de pages vues

mercredi 29 juin 2016

Staphorst (Pays-Bas)


En octobre 2015 j'avais visité la ville de Spakenburg aux Pays-Bas pour photographier les costumes traditionnels, mais je n'avais rencontré que 3 femmes qui le portaient encore.  
Pour cette raison j'ai décidé en avril 2016 de visiter Staphorst. Staphorst est une petite ville de 16500 habitants où 400 femmes portent encore tous les jours le costume traditionnel. Pour mettre toutes les chances de mon côté j'ai choisi la date du 19 avril, jour d'un grand marché annuel, où je risquerais de rencontrer beaucoup de monde dans les rues. Si vous avez envie d'aller à la découverte de cette ville sachez que chaque année le premier, deuxième et troisième mercredi du mois d'août ont lieu les "Journées de Staphorst" (en 2016 donc les 3, 10 et 17 août). A cette occasion tous les habitants portent le costume traditionnel et lors d'un défilé de mode on vous explique la signification des couleurs, la tenue de semaine, la tenue du dimanche, celle du deuil et bien d'autres détails intéressants que vous pourrez voir dans la vidéo en bas de cet article. Ces jours là d'autres activités sont organisées : une braderie, démonstration d'anciens métiers, etc.

Je vous laisse découvrir d'abord les belles fermes. Vous remarquerez que les couleurs principales sont le vert, le bleu et le blanc. Le vert représenterait la nouvelle vie dans la nature, le bleu chasserait le mal et le blanc représente bien sûr la pureté.



Le port du costume traditionnel disparaît petit à petit aux Pays-Bas et je me suis demandé pourquoi ici il y a encore tant de femmes qui le portent. Je pense que c'est lié à leur religion : Staphorst est une des rares communes qui restent fidèles au calvinisme dans son expression la plus orthodoxe. Elles résistent à la modernité. Le dimanche revêt pour cette communauté un aspect plus sacré que chez les autres chrétiens des Pays-Bas : Travailler, faire la fête, jardiner, faire le ménage, tendre son linge dans le jardin ne se fait pas et les enfants sont souvent invités par les parents à rester à la maison. On y privilégie la prière, le repos, le chant des cantiques. Prière et lecture d’un passage de la Bible au repas, vêtements sombres pour les hommes, robes mi-longues pour les femmes, absence de télévision, on ne souscrit pas d'assurance et on refuse la vaccination, car ce serait une intervention dans la providence de Dieu. 

Au dessus de la porte d'entrée l'arbre de vie 
En 1971 une épidémie de polio a éclaté à Staphorst, 39 personnes ont été atteintes et 5 enfants sont morts. Cela a provoqué des doutes parmi la population. Certaines mères ont alors fait vacciner leurs enfants en cachette, malgré l'interdiction de leur mari et de l'église. 

Mais peu à peu les mentalités changent : depuis 1988 le conseil municipal a autorisé les matchs de football le dimanche. Pour éviter le vandalisme par la jeunesse qui s'ennuie la nuit du St.-Sylvestre, il est décidé d'organiser pour elle une fête sous chapiteau. Même un groupe de musique pop néerlandais a pu donner un concert dans la ville. Tout cela a été réalisé non pas sans peine, car dans le conseil municipal siège un parti politique fondamentaliste chrétien protestant qui s'oppose contre toute modernisation car Dieu se vengera. 





Depuis 1937 par arrêté municipal il est interdit de photographier les personnes dans la rue sans leur consentement. J'y suis allée donc sur la pointe des pieds. D'abord en photographiant les femmes en costume de dos.

Mais peu à peu je découvre qu'elles se laissent prendre en photo, même avec le sourire. 




Fabrication des fameuses gaufres "stroopwafels"
J'ai visité le musée de Staphorst où l'on peut tout apprendre sur les traditions de la ville. On peut y voir aussi l'intérieur d'une ferme.

Photo prise dans le musée
J'y ai donc appris que que le bleu du costume traditionnel est pour le semi deuil et toutes les femmes que j'avais rencontrées jusque là portaient le bleu. J'ai donc interrogé cette dame pour savoir pourquoi je n'ai vu personne avec le châle rouge. Elle m'a expliqué qu'il y avait eu beaucoup de décès  les derniers temps. J'ai lu quelque part qu'on porte le deuil non seulement pour la famille proche, mais aussi pour un voisin décédé par exemple. Pas étonnant alors. Elle a aussi bien voulu me montrer quelle est cette bosse sur le dos que j'ai aperçue sous le gilet bleu.
Elle a enlevé son gilet et m'a montré le pliage du châle responsable de la bosse. J'ai été soulagée de voir que la population n'est pas si sauvage que ça, qu'elle se laisse photographier sans problème et qu'on peut facilement engager une discussion avec elle. Mais je peux comprendre aussi que cela peut être agaçant d'être pris pour cible par les touristes paparazzi. Car Staphorst est devenu les dernières années une ville touristique. 
A la fin de ma visite je rentre dans un "kringloopwinkel", ce sont des magasins où se vendent des articles d'occasion pour quelques centimes. On y trouve des meubles, livres, services en porcelaine, jouets, etc. Et voilà surprise ! je tombe sur cette femme au châle rouge ! Enfin j'ai cette chance là, mais quand je lui ai demandé si je pouvais la prendre en photo elle m'a répondu assez sèchement non. Je lui ai exprimé ma déception et je lui ai expliqué que je n'avais rencontré que des femmes en semi deuil et qu'elle était la première femme rencontrée à porter du rouge. Alors elle m'a autorisé gentiment de prendre une photo à condition que je n'en fasse pas commerce en l'utilisant pour une carte postale ou un calendrier. 

Les tissus utilisés sont imprimés pour la plupart à la main selon une méthode appelée "Staphorster stipwerk". On décore le tissu noir au moyen d'un tampon fabriqué avec par exemple un morceau de liège dans lequel on a enfoncé des clous. On trempe la tête des clous dans la peinture et on tamponne le tissu avec. 


Dans cette vidéo de 40 minutes d'une des "Journées de Staphorst" vous visiterez le musée, la braderie, vous verrez la fabrication des boutons, la technique de l'impression des tissus et le défile de mode. Presque plus besoin de faire le voyage !



2 commentaires:

  1. Clémentine , c'est un réel plaisir pour moi de regarder tes images ou vidéos très bien documentées pour nous nous donner envie d'aller en faire autant . Bonne soirée et à + . Michel DELEMME .

    RépondreSupprimer
  2. C'est un village méconnu des Pays-bas

    RépondreSupprimer

Vos suggestions et commentaires sont les bienvenus
Pour vous aider à les publier, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez une adresse gmail, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez choisir "Anonyme" et si vous le souhaitez mentionner votre nom dans le texte.
3) Vous pouvez, en cochant M'informer être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquez sur Publier.

Le message sera publié après modération.



Pour imprimer l'article cliquez sur Printfriendly