Nombre total de pages vues

samedi 8 juin 2013

Balade à Paris mars 2013 - Vaugirard



I love Paris in the spring time
I love Paris in the fall
I love Paris in the summer when it sizzles
I love Paris in the winter when it drizzles

Il faisait un froid de canard, mais je ne voulais pas abandonner mon projet de profiter de mon passage à Paris pour faire encore quelques balades décrites dans le livre "Promenades dans les villages de Paris". Pour aujourd'hui j'ai choisi Vaugirard. Point de départ métro Portes de Vanves.


Sous cette halle métallique se tenait jadis le marché aux chevaux.


A l'angle de la Rue Fizeau je vois une belle boulangerie Max Poilâne, à ne pas confondre avec Poilâne tout court. Le pain Poilâne créé par Pierre Poilâne est mondialement connu. Son fils Lionel a repris l'affaire, mais son frère Max a également ouvert des boulangeries au même nom. Les deux frères se sont disputés la propriété de la marque, mais Lionel a perdu son procès contre son frère qui a le droit de continuer à utiliser le nom Poilâne en y ajoutant par contre le prénom Max pour le différencier de Poilâne. Il y a quelques années j'ai eu l'occasion de manger ce pain qui est très bon. Je n'ai pas encore goûté celui de Max, mais cela viendra peut-être un jour.


Dans ce quartier il y avait beaucoup de boucheries en gros. Elle s'approvisionnaient juste à côté, à l'abattoir de Vaugirard, où se trouve actuellement le Parc Georges Brassens. Une mosaïque chevaline au N° 7 bis de la Rue Fizeau témoigne de cette ambiance.


L'entrée du Parc Georges Brassens marqué par  deux puissants bovidés. A cet endroit se trouvaient les anciens abattoirs de Vaugirard.




Au milieu de ce parc se trouve le beffroi du marché à la criée de viande.


Et au milieu de ce parc une vigne ! Je savais qu'il y en avait une à Montmartre mais je découvre celle-ci. La vinification, la mise en bouteilles et l'élevage du vin se font dans les sous-sols de l'ancienne mairie de Grenelle, située Place de Commerce.
Le vin est vendu aux enchères et la recette va aux bonnes oeuvres. 


Petit jardinet et maison mauve dans le passage Dantzig.



En face de la maison mauve se trouve "La Ruche"


Derrière la grande grille en fer à moitié dissimulée sous le lierre se dresse cet espace de verdure en plein Paris et l'un des plus importants centres artistiques du xxe siècle. Créé pour aider de jeunes artistes sans ressources, il a accueilli de grands artistes tels que Modigliani, Soutine, Zadkine, Légeret surtout Chagall, l'un des locataires les plus illustres.
Le portail était fermé;  une gentille dame (sur la photo) me voyant devant le portail m'a dit que l'entrée était réservée aux habitants, mais quand j'ai dit que j'étais fille d'artiste elle a bien voulu m'ouvrir pour que je puisse prendre quelques photos. Je n'ai pas osé abuser de sa gentillesse et après 2 ou 3 photos je suis sortie. J'aurais bien aimé visiter l'intérieur de "La Ruche"



Dans la Rue Gerbert on tombe sur l'église Saint Lambert


Quel joli magasin de fleurs à l'angle de la Rue Maublanc. Je continue ma balade jusqu'à la Rue Vaugirard et puis jusqu'à la cour de la Rue Lecourbe n° 91. La question reste toujours de savoir si la porte de la cour veut bien s'ouvrir. J'ai eu de la chance et j'ai pu visiter à la fin de ma balade un endroit magique au plein centre de ce quartier. 


On quitte le brouhaha et on se trouve à la campagne devant une maison qui ressemble à une auberge et derrière un autre portail se trouve l'église russe Saint Séraphin de Sarov, avec sa bulbe bleue. Je n'ai pu y accéder car le portail était fermé. Dommage !



A droite de l'église russe cette belle maison avec perron.


Voilà, je suis arrivée à la fin de ma balade Vaugirard. J'ai trouvé un bar pour prendre un café bien chaud car je suis gelée jusqu'aux os !

Lire la suite de mes balades à Paris

3 commentaires:

  1. Je ne sais si la Clémentine de ces photos magnifiques relatant mon quartier d'enfance et d'adolescence, est celle que j'ai connue, mariée à Jo, ami de Victor, si c'est celle là, elle est très très douée.... Elle m'a reçue pour un we en 1969 en Hollande... avec Jean, Chantal....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, c'est bien la même Clementine ! Par contre je ne me souviens pas de toi ? Victor, Jean, Chantal oui.. Voilà 36 ans que j'habite en France !

      Supprimer
  2. je suis Chantal, pas celle de Jean, mais celle de Victor parti il y a déjà 14 ans. Donne moi ton mail.
    chantal.kiriloff@wanadoo.fr

    RépondreSupprimer

Vos suggestions et commentaires sont les bienvenus
Pour vous aider à les publier, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez une adresse gmail, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez choisir "Anonyme" et si vous le souhaitez mentionner votre nom dans le texte.
3) Vous pouvez, en cochant M'informer être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquez sur Publier.

Le message sera publié après modération.



Pour imprimer l'article cliquez sur Printfriendly