Nombre total de pages vues

mardi 9 juin 2015

Sicile - Palermo Marché Ballaro


jeudi 16 avril matin (suite)

Notre taxi dépose ses 6 clients à Palermo aux endroits demandés par chacun. Ma soeur et moi décidons d'aller au marché Ballaro avant qu'il ferme et de consacrer ensuite notre après-midi à la visite de la ville.
Ce marché s'étend sur plusieurs rues et quand on pense être arrivé à la fin du marché, il continue encore dans la rue suivante.
D'innombrables étals de fruits et légumes, d'épices, de poissons, d'olives, de viandes et d'articles ménagers sont installés le long des deux côtés des rues. 
Je découvre qu'ici on n'appelle le chou fleur pas cavolfiore, mais broccolo (avec 2 c en italien) et ce que nous appelons brocoli (avec un c) s'appelle ici sparacelli ou sparacedde. 
Renato de l'épicerie italienne Peperoncino à Perpignan, où je prends des cours de cuisine, est napolitain et il m'a confirmé que les Napolitains et les Siciliens sont différents des autres italiens, je dirais même un peu rebelles. Ce que tous les italiens appellent cavolfiore, eux ils l'appellent broccolo. Et il y a d'autres exemples comme ça. Et je trouve que c'est bien que chacun défende la culture locale.
Et ces longues courges à côté des courgettes à droite sur la photo sont des cucuzelle. 
C'est la saison des artichauts, on les présente sur les étals avec les tiges et les feuilles et on vous les nettoie sur place. Partout d'énormes tas de tiges jonchent la chaussée.


Les poissonniers vendent des variétés de poisson que je n'ai jamais vues sur les marchés de ma région. 


Le palombo est une variété de requin et ça se voit bien.
Et les neonata sont, comme leur nom l'indique, des nouveaux nés, le plus souvent de sardines ou d'anchois.


Les olives sont présentées avec des tiges de romarin


La viande suspendue à l'air libre, cela me rappelle le souk de Marrakech :
Boucherie Marrakech

Et les photos du pape (des papes, car il y en a 2 !) dans une boucherie me font penser aux photos du roi du Maroc d'un vendeur de cigarettes également à Marrakech.
Marrakech


Après cette visite du marché on commence à sentir notre estomac et on a envie de manger des arancini, une spécialité culinaire sicilienne. Ce sont des boules de riz farcies, passées dans la chapelure, puis dans la friture qui leur donne une couleur orange comme le fruit (arancia = orange). Ici vous trouverez la recette.

On a trouvé une terrasse où tous les clients en mangeaient et nous avons commandé ces boules de riz dont nous avions tant parlé avant notre voyage en Sicile. Pas de chance, la serveuse revient pour nous annoncer qu'il n'en restait plus, mais elle nous a conseillé des crostini qui d'après elle ressemblent aux arancini. Nous connaissons les crostini qui ressemblent à des bruschette, mais des crostini qui ressemblent à des arancini, c'est nouveau pour nous. 
Crostini siciliani

Crostini siciliani
En effet, les crostini siciliani ressemblent un peu aux arancini, sauf qu'on ne les prépare pas avec du riz, mais avec du pain et une sauce béchamelle. On se console qu'il nous reste encore plein d'occasions pour manger ces arancini, car nous ne faisons que commencer notre séjour en Sicile.

1 commentaire:

  1. Merci Clémentine pour ton beau reportage qui me rappelle bien des souvenirs car je connais la Sicile mais à l'époque je n'avais pas ton appareil pour faire d'aussi belles photos . Bises et bonne fin de semaine .
    MICHEL.

    RépondreSupprimer

Vos suggestions et commentaires sont les bienvenus
Pour vous aider à les publier, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez une adresse gmail, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez choisir "Anonyme" et si vous le souhaitez mentionner votre nom dans le texte.
3) Vous pouvez, en cochant M'informer être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquez sur Publier.

Le message sera publié après modération.



Pour imprimer l'article cliquez sur Printfriendly