Nombre total de pages vues

dimanche 21 août 2016

Visite guidée à Perpignan avec Hélène Legrais - Perpinya la Catalana




Voilà plusieurs fois que j'ai fait une visite guidée à Perpignan et pourtant quand l'Association Les Amis du Vieux Canet a proposé une visite guidée de la ville avec Hélène Legrais je n'a pas hésité, car on découvre toujours des endroits qu'on ne connaissait pas encore et en plus chaque guide vous raconte d'autres détails et d'autres anecdotes. Hélène Legrais est native du vieux quartier St.-Jacques à Perpignan. Après ses études d'histoire et une carrière de journaliste à France Inter et Europe 1 elle revient au pays et se consacre davantage à l'écriture. Elle a écrit de nombreux romans ainsi qu'un livre sur l'histoire et le patrimoine de Perpignan que j'ai d'ailleurs acheté et qu'elle m'a dédicacé.
Nous avions rendez-vous au pied du Castillet où une grande roue et une patinoire sont installées en hiver (nous sommes le 19/12/2015). La guide nous a raconté bien sûr l'histoire du Castillet que je ne vais pas répéter sur ce blog, mon ambition n'étant pas de faire un cours d'histoire ici, je n'en ai pas les compétences. Mes photos sont là pour vous donner un aperçu de la ville et de vous donner envie de la visiter. L'office du Tourisme organise des visites guidées à thème que vous trouverez ici. Dans mon index tourisme vous trouverez d'autres articles sur Perpignan. 

Quand je me promène dans une ville j'ai pris l'habitude de lever la tête pour scruter les particularités : à Perpignan vous pourrez découvrir trois bras qui sortent d'une façade, un ange et un navire sur un toit, des mains sur des portes, des décorations étranges, tout a son histoire. J'en ai déjà parlé dans différents articles sur mon blog. J'aime les couleurs des façades qu'on trouve non seulement dans le centre historique, mais aussi dans des quartiers plus récents. Un jour j'y consacrerai un article. Je vous parlerai également de Perpignan, ville Art Déco. Je n'avais jamais remarqué que la ville avait un si grand patrimoine Art Déco.
Façades avec encorbellement dans la Rue des Marchands

Voici la première partie de la Loge de Mer qui a été agrandie plus tard. A l'origine elle était le siège du Consulat de mer et servait de bourse marchande. A l'angle du bâtiment on distingue un navire en fer forgé qui rappelle la destination maritime.
Plus tard ce bâtiment a été transformé en théâtre et encore plus tard en café qui est toujours sa destination aujourd'hui.
Attenant à La Loge de Mer on trouve l'Hôtel de ville avec sa patio avec au centre "la Méditerranée", statue de Maillol.
Quand vous sortez de cette patio levez la tête et regardez ce joli balcon en face.



Une maison à colombages dans la Rue de l'Argenterie
Vous remarquerez que les noms des rues sont indiqués en deux langues.
La Tour de l'horloge de la cathédrale St.-Jean
Une visite de la Cathédrale St.-Jean s'impose. Les 3 cadrans atypiques de la Tour de l'Horloge ont été restaurés en 2014 : celui du haut indique les heures, au milieu un cadran zodiacal et en bas un cadran ovale des quarts.

Le gisant du roi Sanch
Et voici une curieuse particularité : une tête de Maure placée sous l'orgue.  Sa mâchoire articulée s'ouvrait en actionnant la pédale d'orage, dite pédale N° 1.

Le Dévot Christ
Ce Dévot Christ prend place dans une chapelle de la cathédrale qui lui est entièrement dédiée. Il tient une place très importante dans les cérémonies de la Semaine Sainte, il est porté en procession (La Sanch) et le matin du Mercredi Saint, les enfants viennent dans la chapelle laver les pieds de la statue avec des éponges bénites mouillées dans de l’eau de Cologne. Depuis 1989 c’est une réplique de la sculpture du XIVème qui est utilisée pour les manifestations de la Semaine Sainte dans la perspective de conservation de l’œuvre originale.

La Place de la Révolution française avec sa fontaine à la salamandre

Au numéro 17 de la Rue de la Révolution Française se trouve cette belle bâtisse de couleur vive qui abrite au rez de chaussée un restaurant qui s'appelle tout simplement "Le 17". 

32 bis, Rue d'en Calce
Nous sommes dans le vieux quartier St.-Jacques où vit une communauté gitane isolée des autres habitants de la ville. Les gitans de Perpignan sont français et parlent souvent le catalan. Depuis le 19e siècle des gitans sont sédentaires à Perpignan, mais ne se sont pas vraiment intégrés. L'illettrisme est important, car il y a beaucoup d'absentéisme scolaire avec comme résultat le chômage et la tentation de l'argent facile. 60% des gitans se droguerait. L'église évangéliste s'investit dans ce quartier pour tenter de mettre la  population sur le droit chemin. 
Le quartier est très pittoresque et me rappelle Naples.
Mais les bâtisses sont pour 70% insalubres et vétustes. Des immeubles se sont effondrés. 
La Rue de l'Anguille est barrée par des palissades 

Depuis quelques années la Municipalité a lancé un grand projet de réhabilitation du quartier. Certaines maisons pourront être restaurées, mais d'autres devront être démolies. Le projet c'est de faire de St.-Jacques un centre touristique avec des commerces et la construction d'une faculté de droit pour faire revenir les étudiants au centre ville.
Une rue dans le quartier St.-Jacques
Au 8, Rue de l'Académie à l'ancien Évêché vous pouvez visiter une exposition sur La Sanch avec des mistéris, la croix des improperis, les tambours drapés de tissu noir qui sont sortis à l'occasion de la Sanch.



Croix des improperis
En regardant par la fenêtre de l'ancien Evêché on a une belle vue sur l'Eglise orthodoxe St.-Pierre et St.-Paul (à gauche) et l'Eglise des Dominicains (à droite) :
A midi nous faisons un break pour déjeuner à la Taverne du Maître Kanter tout près du Castillet. Nous sommes au mois de décembre et une salade du Sud-Ouest en une choucroute (pas très catalan !) nous font du bien après cette longue balade.


Mais la visite n'est pas encore terminée. 
11, Rue Jeanne d'Arc (architecte Claudius Trenet)

9, Rue Elie Delcros (architecte Edouard Mas-Chancel


La Basse avec ses jardins (très fleuris en été) et au fond le pont Magenta

Levez la tête à l'angle de la Rue de l'Ange et de la Place Arago pour voir La "Mare de Deu Pixosa". Il s'agit d'une copie, l'original se trouve au Musée  Rigaud.

La Rue Mailly est très animée ce samedi après-midi, quelques jours avant Noël.

Façade du Monoprix, 7 rue de la Barre

Rue de la Barre
Nous terminons notre visité guidée à l'Église St.-Jacques, mais comme il y avait une messe au moment de notre arrivée, il a fallu raccourcir notre visite.

Nous nous quittons au Castillet, où avait commencé notre visite le matin. La nuit est tombée et les enfants s'amusent à la patinoire dans une ambiance de Noël.


4 commentaires:

  1. Merci à vous Clémentine pour ces photos exceptionnelles sur Perpignan
    En Catalans prétentieux nous pensions tout connaitre de notre " capitale "
    c’est loin d'être exact ....
    Amitiés
    Francis et Maryse Quérol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre commentaire
      Moi aussi je découvre chaque fois de nouvelles choses à Perpignan
      Amitiés

      Supprimer
  2. Merci Clémentine pour cette visite au cœur de Perpignan . Beau reportage avec une chronique toujours aussi agréable à lire . Bonne soirée et à + . MICHEL .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Michel,
      Plus je découvre Perpignan, plus je l'aime

      Supprimer

Vos suggestions et commentaires sont les bienvenus
Pour vous aider à les publier, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez une adresse gmail, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez choisir "Anonyme" et si vous le souhaitez mentionner votre nom dans le texte.
3) Vous pouvez, en cochant M'informer être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquez sur Publier.

Le message sera publié après modération.



Pour imprimer l'article cliquez sur Printfriendly