Nombre total de pages vues

dimanche 12 août 2012

Ravenna - Voyage en Italie avec les membres de Dante Alighieri 09/2012

Le 2me jour de notre séjour en Italie était quant à moi entièrement consacré à la ville de Ravenna. D'autres personnes du groupe ont fait l'après-midi une excursion à San Marino. J'avais visité Ravenna et San Marino l'année dernière, mais j'étais contente de revisiter Ravenna cette fois-ci avec un très bon guide.  
La ville de Ravenne, dans la région de l'Emilia Romagne, possède un ensemble de mosaïques et de monuments paléochrétiens unique au monde. Rien qu'à la ville de Ravenna 8 monuments sont inscrits sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco. Cette ville fut capitale de l'Empire Romain au Vème siècle puis de l'Italie Byzantine jusqu'au VIIIème siècle.
Cet article vient compléter celui de l'année dernière que vous trouverez ici

La visite a démarré avec la basilique de San Vitale et il Mausoleo di Galla Placidia. A vrai dire je ne pensais pas faire beaucoup de photos, puisque j'en avais fait pas mal l'année dernière, mais ... 
Avec l'explication du guide j'ai beaucoup plus apprécié les mosaïques et il a attiré notre attention sur certains détails qu'on n'aurait pas remarqué sans lui. Alors je me dis que l'histoire n'est pas barbante du tout. J'adore les anecdotes, les détails. Il y en a plusieurs dans cet article.


Ici on voit Abel qui fait offrande d'un agneau et  Melchizedek qui fait l'offrande du pain sur l'autel. Au dessus de l'autel on voit une main qui traverse les nuages, c'est la main de Dieu qui accepte l'offrande.
La main de Dieu qui traverse les nuages

L'Impératrice Théodora et sa suite


Sur cette mosaïque qui orne le plafond de la basilique San Vitale de Ravenne,  on distingue l’empereur Justinien, accompagné de l'évêque Maximien et de hauts dignitaires religieux, civils et militaires. Remarquez les jeux de pieds des personnages. Pour signaler l’importance des uns par rapport aux autres, l’artiste a placé un des pieds du personnage important sur celui d’un autre moins important ! Les temps n'ont pas changé ! En cliquant sur les photos on les voit en plus grand. Sinon faites un zoom avant pour voir les détails.


A gauche Sarah dubitative (le geste qu'elle fait avec ses doigts) à l'annonce qu'elle enfantera dans un an. A sa droite, Abraham offre l'hospitalité aux trois anges assis qui leur annoncent la naissance d'un fils.
A droite : Abraham, l'épée à la main, s'apprête à sacrifier son fils Isaac. Aux pieds d'Abraham, le bouc qui sera substitué par Dieu à l'innocente victime. Au dessus d'Abraham de nouveau la main de Dieu qui vient à son secours.

Mosaïque au sol dans la basilique de San Vitale
Plafond du mausoleo di Galle Placida

Nous traversons le centre ville pour nous rendre à la tombe de Dante et sur le chemin nous avons pu localiser des endroits sympas pour déjeuner.

Sépulture de Dante Alighieri
Dante Alighieri est né à Florence, mais il est enterré à Ravenna.  
Lampe à huile dans la sépulture de Dante. L'huile est offerte par la Commune de Florence
Dans cette sépulture une lampe à l'huile d'olive est allumée en permanence.  Pour savoir pourquoi, il faut faire un peu d'histoire et la fin me fait penser aux vieux films de Don Camillo avec Fernandel :
Dante a joué un rôle très actif dans la vie politique de sa ville natale Florence et il s'engage de plus en plus contre la politique d'ingérence du pape.  Les procès commencent. Dante est condamné entre autre pour insoumission au pape. Tous ses biens sont confisqués, il est exilé et ne reviendra jamais à Florence. Il s'installe à Ravenna. Le décret de bannissement de Dante de la ville de Florence ne sera d’ailleurs révoqué qu’en 2008. Chaque année, la deuxième semaine de septembre, à l’occasion de l’anniversaire de la mort du poète, on fait une cérémonie pendant laquelle la Commune de Florence, ville natale de Dante, offre l’huile d’olive à la ville de Ravenne. Ainsi une petite flamme brille toujours dans la sépulture du poète, signe d'hommage éternel. Le corps de Dante est toujours à Ravenne alors que Florence le réclame depuis des années. Ravenna jusqu'ici n'a pas l'intention de rendre le corps à Florence.
La basilique Santa Croce de Florence abrite même un cénotaphe (tombe sans corps) datant de 1830, qui devait accueillir le corps de Dante. 
La tombe de Dante se trouve derrière la sépulture.

De là nous partons pour la dernière visite de la matinée. Personnellement je commençais à saturer et le dernier trajet à pied pour arriver à la Basilique di Sant Apollinare Nuovo me semblait interminable. Mais une fois arrivée je n'ai pas regretté le long parcours car j'ai beaucoup aimé les scènes de mosaïques, dont certaines étaient à mes yeux rigolotes. 
Voici les rois mages guidant le cortège des vierges se dirigeant vers la Vierge et l'Enfant. Cette représentation me fait sourire, car on a l'impression que les personnages courent. Et je trouve leur tenue très à la mode, on dirait qu'ils portent des leggings aux motifs de léopard.

Le cortège des Vierges

Voici la Vierge et l'Enfant

Le Palais du Roi Théodoric qui a construit la basilique
Les rideaux noués du palais du roi Théodoric me paraissent aussi très modernes sortis de chez IKEA. Et puis il y a un détail amusant dans cette mosaïque. Et pour comprendre ce détail amusant je suis obligée d'emprunter un texte trouvé sur Wikipédia :
Cette basilique fut construite entre 493 et 526 par le Roi Théodoric pour le culte arien. La conquête de Ravenne par les Byzantins, quelques années plus tard vit le début d'une restauration de l'orthodoxie catholique, au cours de laquelle les édifices précédemment liés à l'arianisme furent fermés ou reconvertis.
L'évêque Agnello ordonna donc leur destruction et une redécoration radicale, dans laquelle ne furent conservés que les ordres les plus hauts, représentant la Vie du Christ, les saints et les prophètes, alors que ne subsistèrent dans la partie basse, la plus visible pour l'observateur, que les deux vues du port de Classis et du Palais de Théodoric, mais tous les portraits, représentant probablement le roi et sa cour, ont disparu. Entre les colonnes sont disposés des rideaux blancs brodés d'or qui portent encore les ombres des personnages effacés : Théodoric (de manière quasi certaine), mais aussi son entourage et les membres de sa cour. Et on arrive au détail amusant : Plusieurs des colonnes ont même conservé leurs mains que, curieusement, l'on n'a pas pris la peine d'effacer.
Fichier:PalatiumTheodoricMosaicDetail.jpg
La main non effacée
Le port de Classis (ancien port de Ravenna)
Notre visite guidée se termine là et je suis pressée de trouver une terrasse pour  souffler, me reposer, commander un apéro et un déjeuner léger.
A ce sujet, je consacrerai un chapitre rien qu'à la gastronomie italienne pendant notre séjour. Ceux qui lisent régulièrement mon blog l'auront compris, la gastronomie est une de mes dadas.
L'après-midi nous avions prévu de faire un peu de shopping, mais malgré le point de saturation atteint le matin nous décidons quand même de visiter le Baptistère Néonien. En citant le nom de notre guide du matin Corrado, les portes s'ouvrent gratuitement pour nous. Il a bonne réputation à Ravenna et nous avons eu la chance de l'avoir eu comme guide.



Baptème du Christ accompagné des 12 apôtres
Je finis cet article avec une histoire hilarante.
Après cette journée bien remplie nous devions donc nous rendre à notre hôtel par nos propres moyens, car nous avions préféré rester l'après-midi à Ravenna au lieu de rentrer avec le car à l'hôtel à midi. Notre accompagnatrice de l'agence de voyage s'était renseignée pour nous et le retour par les transports en commun ne devait présenter aucun problème. A la gare de Ravenna il fallait prendre l'autocar direction Lido di Savio et arrivés là-bas il fallait demander surtout l'arrêt "Imola" qui était le plus proche de notre hôtel.
Bon, on trouve la gare, on trouve l'endroit pour acheter le ticket d'autobus, on trouve l'arrêt, tout baigne. Voilà que l'autobus arrive, on oblitère notre ticket dans le bus (on se rend compte durant le trajet qu'on était les seuls avec d'autres touristes à avoir un ticket, les locaux passaient sans ticket... avec l'accord du chauffeur). Pour l'instant nous n'avions rien demandé au chauffeur, on avait pas mal de kilomètres à faire avant d'arriver à Lido di Savio. Mais dès qu'on s'est approché de notre destination j'ai commencé à interroger le chauffeur : vous nous faites signe quand on arrive à l'arrêt Imola ? Le chauffeur qui avait passé tout le trajet des communications téléphoniques avec son telefonino enlève les écouteurs de ses oreilles et me répond : mais je ne passe pas par Imola, c'est à 40 kilomètres d'ici ! Je maintenais que si, qu'on nous avait bien précisé qu'Imola était l'arrêt le plus proche de notre hôtel. Et lui maintenait que non et faisait tout un cinéma pour dire que c'est du n'importe quoi, qu'il n'avait pas l'intention de nous amener à Imola, etc etc. Tous les passagers de l'autocar suivaient notre conversation et s'amusaient de cette cacophonie, car il faut savoir qu'on n'était pas les seuls à réclamer un arrêt qui soi disant n'existait pas. D'autres touristes étaient dans le même cas que nous et certains touristes s'étaient même trompés d'autocar. Donc imaginez la cacophonie en plusieurs langues dans le bus. Le pauvre chauffeur a failli péter les plombs.
Enfin, je me suis postée à côté du chauffeur et j'ai scruté la route et quand j'ai reconnu l'entrée de Lido di Savio je savais qu'on n'était pas loin. Et voilà, à notre gauche je vois un panneau indiquant le nom de la rue "Via Imola" ! Ah ! Vous voyez !Bien sûr, le chauffeur n'est pas sensé connaître tous les noms de rues, mais il connaissait bien le nom de la ville Imola à 40 kilomètres de là ! L'arrêt du bus était à quelques mètres de la rue Imola et nous étions bien contents d'être rentrés à l'hôtel !

3 commentaires:

  1. Ah!ah! Clémentine . Ton blog est un enchantement . Je ne vais plus voyager et ne faire qu' attendre tes reportages en restant dans mon fauteuil ... Jean-Yves

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces éloges ! Mais il faut continuer à voyager bien sûr ! Les articles sur mon blog nous permettent de revivre les bons moments en attendant de nouveaux voyages. Au mois de novembre - si tout va bien - je pars à Sri Lanka. J'ai intérêt à prévoir un stock de cartes mémoire !

      Supprimer
  2. Ciao Clementine

    grazie mille per tutte queste foto dei bellissimi mosaici di Ravenna dove sono andata due anni fa e di cui ho conservato ricordi piacevoli . Ho apprezzato i tuoi commenti perché non conoscevo le storie di questi mosaici . Molto interessanti, anche a me piaciono tutte queste piccole storie nella grande Storia !

    A presto

    Buona giornata

    Martine

    RépondreSupprimer

Vos suggestions et commentaires sont les bienvenus
Pour vous aider à les publier, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez une adresse gmail, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez choisir "Anonyme" et si vous le souhaitez mentionner votre nom dans le texte.
3) Vous pouvez, en cochant M'informer être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquez sur Publier.

Le message sera publié après modération.



Pour imprimer l'article cliquez sur Printfriendly