Nombre total de pages vues

samedi 11 mai 2013

Pâques en Chine 2013 - Shanghai


Samedi matin

De ma fenêtre du 36ième étage de l'hôtel j'ai vue sur des buildings à perte de vue. Je m'étonne de pouvoir ouvrir la fenêtre sans encombre, il n'y a aucune protection. Celui qui broie du noir peut se jeter de la fenêtre sans problème ! Shanghai est la capitale économique de Chine et compte 24.000.000 d'habitants. La capitale administrative est Beijing qui a "seulement" 14.000.000 d'habitants. 


Le salaire moyen dans la ville est de 600 € par mois. Les loyers sont très élevés et pour acheter un appartement il faut compter sur 25.000 € le m². Quand on achète une voiture il faut payer une taxe pour la plaque d'immatriculation qui coûte à Shanghai environ 10.000 €.
A cause de la politique de l'enfant unique il y a beaucoup plus de garçons que de filles. Elles ont le choix, et choisiront donc celui qui possède un appartement et une voiture. Une artiste célèbre aurait dit dans une interview télévisée : "Je préfère pleurer dans une BMW que de rire sur un vélo".

J'ai regardé dernièrement sur You Tube le programme d'Antoine de Maxime "J'irai dormir chez vous" enregistré en Chine. J'ai reconnu beaucoup d'endroits que j'ai visités, mais ce qui est intéressant ce sont les discussions qu'il a avec la population locale, notamment avec les jeunes qui parlent anglais et avec le médecin qui le reçoit chez lui. Maintenant que je suis allée en Chine ce reportage me parle beaucoup plus. Cela vaut vraiment la peine de regarder les 7 parties de ce reportage.

Ce matin nous allons visiter la concession française que les chinois appellent "Le petit Paris". En 1847 Charles de Montigny devait établir un Consulat français et négocier avec les Chinois l’établissement d’une concession, territoire sur lequel s’exercerait le droit français et où les Français eux-mêmes pourraient acquérir des biens immobiliers. 




Ce quartier s’organisa comme une vraie ville avec ses églises, ses écoles, ses hôpitaux, ses banques, sa prison, son cimetière. Les Anglais et les Américains avaient leur propre concession dans la ville. Après la 2me guerre mondiale la concession française était à son apogée. Magasins de mode, boutiques de luxe, épiceries fines, salons de thé proclamaient sa fortune. L’entrée des troupes de Mao en 1949 mit un terme définitif à la concession.



C'est un quartier qui n'a donc rien de chinois, le constructions sont européennes.  On y trouve beaucoup de restaurants et bars européens et des cinémas. Aujourd'hui ce quartier n'est plus aussi vaste que dans le passé. 






Notre guide Frank nous raconte qu'il a l'habitude de venir dans ce quartier le week-end avec des amis. Ils vont au restaurant, puis au cinéma. L'entrée de cinéma coûte 10 € et pour un film en 3D 20 €. Par rapport au salaire moyen c'est donc très cher. Ils n'ont pas l'habitude d'aller en discothèque, mais préfèrent aller à une soirée karaoké.
Frank parle très bien le français, c'est un autodidacte. Il n'est jamais allé en France, mais il aime la culture française. Il a vu les films français : Bienvenue chez les Ch'tis, les Choristes, les Intouchables, certains même 5 ou 6 fois. Il est heureux de faire le guide avec un groupe de français, car il apprend beaucoup des contacts avec eux.

De là nous partons visiter un magasin de soie. On nous explique la fabrication de la soie. Pour faire un fil il faut entre 5 à 8 cocons, mais pour une haute qualité de soie on peut aller jusqu'à 200 cocons pour un seul fil. Cela a été le cas pour la robe de marié de Diana. D'après le guide du magasin la Chine lui aurait offert la soie pour fabriquer sa robe.

Ici les cocons par 8 pour fabriquer 1 fil
L'article qui a eu beaucoup de succès auprès de mes co-voyageurs c'est la couette en soie et beaucoup en ont acheté. Une personne en a même acheté 5 et a dû acheter un sac de voyage supplémentaire. Pour le voyage de retour elle a dispatché les 5 couettes sur plusieurs voyageurs afin d'éviter un sur poids ! 

Dans la vidéo on peut voir qu'on étire la soie jusqu'à la taille de la couette qui est composée de nombreuses de couches de soie.




Le magasin a un large choix de draps et housses en soie.

L'heure du repas approche et nous nous rendons à pied au restaurant en passant par une rue commerçante. 


Le réparateur de vélos et mobylettes squatte presque la totalité du trottoir. 
A un moment donné j'avais le sentiment qu'on passait nos journées dans les restaurants, car le midi comme le soir on nous servait des repas complets avec je ne sais combien de plats différents. Mais les repas chinois sont légers, jamais de sauces grasses et on se mettait toujours à table avec appétit.


Pour les habitants c'est l'heure du déjeuner aussi.




Nous arrivons au restaurant. Les salles sont toujours énormes et parfois il y a même plusieurs grandes salles. Vu que nous étions 48 il fallait bien sûr que l'agence choisisse des restaurants capables de recevoir des groupes, mais je m'étonne chaque fois de voir ces salles de restaurant immenses. Ces restaurants sont nombreux et ne sont pas toujours visibles de la rue. Souvent ils se trouvent à l'étage d'un grand immeuble. Partout on retrouve les plateaux tournants en verre. Le service est toujours ultra rapide. Je consacrerai un article séparé à la cuisine chinoise.


Aujourd'hui nous avons droit à un spectacle de danse au restaurant. Il me semble qu'il s'agisse de danses thaïlandaises à voir les attributs. 


1 commentaire:

  1. Clémentine,
    ces buildings me donnent le vertige..; et pas de protection! En-est-il de même pour tous les balcons aperçus? Vérandas ou pas vérandas? Je distingue mal. N'est-ce pas trop angoissant de vivre ici?
    Avez-vous évoqué pendant ton voyage le changement éventuel de leurs pensées, de leur conception du monde par rapport à ces nouveaux habitats: passer de l'horizontalité à la verticalité changerait leur culture, leurs modes de pensées.
    Amitiés. Christiane

    RépondreSupprimer

Vos suggestions et commentaires sont les bienvenus
Pour vous aider à les publier, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez une adresse gmail, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez choisir "Anonyme" et si vous le souhaitez mentionner votre nom dans le texte.
3) Vous pouvez, en cochant M'informer être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquez sur Publier.

Le message sera publié après modération.



Pour imprimer l'article cliquez sur Printfriendly